Brexit: manifestation à Belfast contre l'instauration d'une frontière avec l'Irlande

Brexit: manifestation à Belfast contre l'instauration d'une frontière avec l'Irlande

Des manifestants contre l'instauration d'une frontière avec l'Irlande, à Belfast le 6 décembre 2017.

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 06 décembre 2017 à 22h39

Une centaine de personnes se sont rassemblées à Belfast mercredi soir à l'appel du parti nationaliste Sinn Féin pour réclamer un "statut spécial" pour la province britannique d'Irlande du Nord après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Sous une pluie fine, les manifestants arboraient des pancartes demandant qu'il n'y ait "pas de frontière" entre l'Irlande du Nord et sa voisine la République d'Irlande après le Brexit. 

"Une majorité ne veut pas du Brexit ici", a déclaré John Finucane, un membre du Sinn Féin, rappelant que la province avait majoritairement voté contre celui-ci lors du référendum de juin 2016.

Une grande affiche aux couleurs du parti réclamait elle un "statut spécial" pour l'Irlande du Nord et appelait le Premier ministre irlandais Leo Varadkar à utiliser son "veto" pour empêcher Bruxelles de passer à la seconde phase des négociations avec Londres sur leur future relation commerciale en cas d'absence d'accord sur la frontière irlandaise.

"Si une frontière dure est rétablie, les armes parleront à nouveau", a prédit un autre manifestant, qui n'a pas souhaité donner son nom.  

Un accord, qui semblait imminent lundi, prévoyait un rapprochement des réglementations de l'Irlande du Nord avec celles de la République d'Irlande après le Brexit, afin d'éviter la réintroduction d'une frontière physique pour contrôler les mouvements des biens et des personnes, selon des fuites dans les médias.

Cette frontière avait disparu après l'Accord de paix de 1998 qui avait mis fin à 30 ans d'affrontements sanglants entre nationalistes et unionistes nord-irlandais.

Cette solution a toutefois été jugée inacceptable pour la cheffe du parti unioniste nord-irlandais DUP Arlene Foster, allié au gouvernement de Theresa May, qui a affirmé que sa formation n'approuverait jamais "une situation où l'Irlande du Nord serait différente du reste du Royaume-Uni".

"Le DUP défend davantage l'union avec la Grande-Bretagne que le gagne-pain des gens", s'est offusquée une manifestante, Louise McManus, 41 ans, qui travaille dans le secteur de la santé.

Cette manifestation était la première d'une série de rassemblements que le Sinn Féin a prévu d'organiser en Irlande du Nord.  

Theresa May a affirmé mercredi que les négociations sur l'accord de sortie, préalable au démarrage des négociations commerciales, étaient "en progrès". 

 
7 commentaires - Brexit: manifestation à Belfast contre l'instauration d'une frontière avec l'Irlande
  • La solution l'Irlande du nord doit se séparer des Anglais et se réunir vers, ce qui historiquement est logique, avec l'Irlande de Dublin.

  • pour quelle raison sordide qu'un référendum d'autodétermination n'est pas proposé ou demandé ??? ça règlerai pas mal de problèmes ...........

  • si l'ira se manifeste à nouveau profitant du brexit pour vouloir faire sortir l'irlande du nord de la GB
    alors oui l'installation d'une frontiere dure comme le passé se refera

    C'est une exigence de l'UE au brexit...

    que la GB respectera si certains si certains ne relancent pas la guerre entre catholiques et protestants

    Ben, ça coince quand même un peu...

  • Bel exemple de la longue liste de problèmes générés par une sortie de l’Europe.

  • J'ai connu l'Irlande avec une frontière. C'était dans les années 60 et les Irlandais du sud, ceux de la République, qui avaient versé leur sang pour virer les Anglais, dont les aïeux avaient subi le quasi génocide Cromwell ne s'en portaient pas plus mal. Plus tard le "pasteur" Yan Presley et sa bande de fachos, les unioniste, traitaient les catholiques comme des êtres de second ordre, d'où la survivance du Sinn Fein. Il faut en finir avec les exigences de ces extrémistes qui voudraient le beurre et l'argent du beurre et rétablir un vraie frontière. Il y a assez de place en République d'Irlande pour accueillir les catholiques du nord qui voudraient, eux, rester en Europe, avec au besoin une aide financière Européenne. Et je ne vois aucun motif pour que ressortent de nouveau les armes, chacun était chez soi suite à une mini migration facile à gérer.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]