Brésil : le président Lula ne s'est pas rendu à la justice, mais est resté retranché

Brésil : le président Lula ne s'est pas rendu à la justice, mais est resté retranché

Lula, 72 ans, était censé se rendre au siège de la police fédérale de Curitiba à 17h heure locale, vendredi. 22h en France.

leparisien.fr, publié le vendredi 06 avril 2018 à 22h30

Condamné pour corruption, l'ancien Président brésilien ne pourra cependant pas échapper à la prison.

Deux jours après que la justice brésilienne a rejeté un nouveau recours, l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (surnommé Lula), condamné à 12 ans et un mois de prison pour corruption, avait jusqu'à vendredi soir pour se rendre à la police. Mais il ne s'est pas présenté comme prévu aux autorités vendredi à 17 heures (22h en France), dans les délais fixés par le juge.

Lula, 72 ans, était censé se rendre au siège de la police fédérale de Curitiba (sud), mais il est resté retranché au milieu de ses partisans à plus de 400 km de là, au siège du syndicat des métallurgistes de Sao Bernardo do Campo, près de Sao Paulo.

Cette arrestation semble néanmoins inéluctable depuis que le juge Sergio Moro a ordonné un mandat de dépôt jeudi. De nombreux militants avaient aussitôt convergé vers le siège du syndicat des métallurgistes, près de São Paulo, où s'était retranché le charismatique leader du Parti des travailleurs (PT).

Cet épisode devrait mettre fin aux ambitions présidentielles de Lula, lui qui était d'ores et déjà candidat pour le scrutin d'octobre prochain. L'ancien président, condamné en janvier dernier en appel à 12 ans et un mois de prison pour corruption, a théoriquement encore le droit à des recours. Mais « le tribunal électoral devrait le déclarer inéligible en vertu de la loi « ficha limpa » (fiche propre) de 2010 qui empêche quelqu'un condamné en deuxième instance d'être candidat », indique Gaspard Estrada, politologue à Sciences Po et spécialiste de l'Amérique latine.

LIRE AUSSI >Taylor, Noriega, Fujimori... Ces anciens présidents passés par la case prison

De quoi cliver encore davantage le pays, entre partisans et opposants à l'ancien métallurgiste qui reste très populaire. « Ses militants considèrent qu'il s'agit d'une chasse aux sorcières politique qui vise à minorer les avancées sociales et démocratiques obtenues pendant la présidence de Lula », explique Frédéric Louault, politologue spécialiste du Brésil.

Grand favori des sondages, à six mois des électionsL'ancien président, âgé de 72 ans, est d'ailleurs l'une des seules personnalités politiques expérimentées qui échappent au rejet massif des élites brésiliennes. « Entre 2003 et 2010, pendant son mandat, le Brésil a connu des avancées économiques et sociales importantes et le pays a redressé son image à l'international », précise Frédéric Louault. Le chômage et la pauvreté avaient fortement baissé tandis que le salaire minimum avait augmenté de 62 %.

Dans l'immédiat, Lula pourrait rester candidat même en étant emprisonné, le temps qu'émerge une autre personnalité du PT. Mais l'ex-président était le grand favori des sondages et le paysage politique brésilien est désormais plus incertain que jamais, à six mois des élections.

Les électeurs fidèles à Lula pourraient se rabattre vers un autre candidat du PT, qui serait adoubé par l'ancien chef de l'État. « On peut imaginer un porte-parole qui rendrait visite à Lula en prison et qui ensuite transmettrait sa consigne de vote », indique Gaspard Estrada. Une partie du vote protestataire pourrait aussi aller vers le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro. Mais attention aux pronostics car « tout va particulièrement vite dans la politique brésilienne », met en garde le politologue. Et un autre élément est à prendre en compte : le vote obligatoire au Brésil, ce qui rendra le report des voix particulièrement décisif.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.