Boris Johnson en Iran pour oeuvrer à la libération d'une Irano-britannique

Boris Johnson en Iran pour oeuvrer à la libération d'une Irano-britannique

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (2e G) se réunit avec son homologue britannique Boris Johnson (D) à Téhéran le 9 décembre 2017.

A lire aussi

AFP, publié le samedi 09 décembre 2017 à 13h15

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson était samedi en Iran pour des discussions concernant l'accord nucléaire, les conflits régionaux mais aussi le sort d'une Irano-britannique détenue depuis 2016 dans ce pays.

Arrivé à Téhéran en milieu de matinée selon l'agence de presse iranienne ISNA, M. Johnson a rencontré son homologue iranien Mohammad Javad Zarif pour évoquer également l'accord sur le nucléaire iranien et le conflit au Yémen.

Il s'agit de la première visite d'un ministre des Affaires étrangères britanniques en Iran depuis la signature de l'accord limitant le programme nucléaire de Téhéran en 2015.

M. Johnson n'a pas fait de déclarations à la presse avant ses entretiens avec son homologue iranien.

"Alors que notre relation avec l'Iran s'est significativement améliorée depuis 2011, elle demeure compliquée et nous avons des désaccords sur beaucoup de sujets", avait-il reconnu dans un communiqué avant son déplacement.

Il a néanmoins estimé que "le dialogue est la clé pour surmonter" les différences "et progresser sur les sujets qui comptent".

"Je soulignerai mes sérieuses inquiétudes sur le sort des citoyens bi-nationaux et j'insisterai pour qu'ils soient libérés, en fonction de ce que permettent les critères humanitaires", avait-il aussi affirmé, dans une référence à l'Irano-britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe.

Cette dernière doit de nouveau comparaître dimanche devant la justice iranienne pour répondre d'accusations de "diffusion de propagande", pour lesquelles elle risque une peine de 16 ans de prison, selon son mari Richard Ratcliffe.

Employée de la Fondation Thomson Reuters liée à l'agence de presse canado-britannique du même nom, Mme Zaghari-Ratcliffe avait été arrêtée à l'aéroport de Téhéran en avril 2016 après avoir rendu visite à sa famille.

Elle avait été condamnée en septembre 2016 à cinq ans de prison pour participation à des manifestations anti-régime en 2009, ce qu'elle nie. La peine a été confirmée en appel en avril 2017.

L'affaire a débordé sur le champ politique à la suite de propos vivement critiqués tenus par Boris Johnson, qui avait déclaré en novembre que Nazanin Zaghari-Ratcliffe formait des journalistes en Iran, alimentant les accusations de Téhéran.

M. Johnson avait ensuite tenté de rectifier le tir en affirmant que la jeune femme était en vacances dans son pays d'origine et en appelant son homologue iranien pour demander sa libération.

Le ministre britannique des Affaires étrangère était à Oman vendredi, où il a eu un rare entretien avec le sultan Qabous d'Oman à Mascate selon les médias locaux. Il doit se rendre aux Emirats arabes unis dimanche.

 
3 commentaires - Boris Johnson en Iran pour oeuvrer à la libération d'une Irano-britannique
  • la libération d'une Irano-britannique

    C'est l'éternel problème avec les binationaux elle est iranienne quand cela l'arrange dés que cela ne va plus elle se souvient quelle est aussi anglaise .......Donc elle doit se soumettre à la loi iranienne

    Il y a aussi la cas d'une franco-turc qui risque la prison à vie en TURQUIE ,elle aussi turque donc assujettie à la loi turque ......La France n'a donc pas à s'en mêler .....

  • etonnant qu'avec eux c'est toujours des marchandages de souk
    je veux bien faire çà si tu me donnes çà

  • Avec un clown pareil, elle n'est pas sortie de l'auberge !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]