Bolivie: la sénatrice Añez présidente par intérim, Morales dénonce un "coup d'Etat"

Chargement en cours
La senadora Jeanine Añez saluda desde el balcón del Palacio Quemado luego de proclamarse presidenta interina de Bolivia, el 12 de noviembre de 2019 en La Paz
La senadora Jeanine Añez saluda desde el balcón del Palacio Quemado luego de proclamarse presidenta interina de Bolivia, el 12 de noviembre de 2019 en La Paz
1/3
© AFP, Aizar RALDES

, publié le mercredi 13 novembre 2019 à 15h46

La sénatrice Jeanine Añez, s'est proclamée mardi présidente par intérim de la Bolivie, une annonce aussitôt qualifiée de "coup d'Etat" par l'ex-président Evo Morales en exil au Mexique.

Mme Añez, deuxième vice-présidente du Sénat, s'est proclamée à la tête de la Bolivie malgré l'absence de quorum au Parlement, arguant de "la nécessité de créer un climat de paix sociale" dans le pays secoué par une grave crise politique depuis l'élection présidentielle fin octobre.

"Nous souhaitons convoquer des élections au plus vite", a ajouté la sénatrice de droite qui revendiquait la présidence par intérim face à la vacance du pouvoir provoquée par les démissions en cascade du président Morales et de ses successeurs prévus par la Constitution : le vice-président, la présidente et le vice-président du Sénat ainsi que le président de la Chambre des députés.

Mme Añez s'est immédiatement rendue au siège du gouvernement où elle a prêté serment, tandis que le Tribunal constitutionnel a validé cette élection. Elle s'est ensuite réunie avec les chefs de l'armée et de la police. 


"Le coup d'Etat le plus astucieux et le plus odieux de l'histoire a eu lieu", a aussitôt réagi sur Twitter l'ex-chef de l'Etat socialiste depuis son exil au Mexique.

Depuis Mexico, où il est arrivé dans l'après-midi en avion militaire après un périple rocambolesque de seize heures au gré des ordres et contrordres des pays latino-américains survolés, M. Morales a promis de poursuivre "la lutte", affirmant qu'il ne cesserait pas de "faire de la politique". 

"Tous les peuples ont le droit de se libérer", a dit celui qui a longtemps incarné un symbole d'émancipation pour les populations indigènes de son pays. Il a aussi remercié le Mexique de lui avoir "sauvé la vie". 

"Ça me fait mal d'abandonner le pays pour des raisons politiques, mais (...) je reviendrai bientôt avec plus de force et d'énergie", avait tweeté lundi soir Evo Morales, qui a démissionné la veille après avoir été lâché par l'armée. 

Le chef de l'Etat, dont la réélection pour un quatrième mandat était considérée comme irrégulière par l'opposition et les observateurs de l'Organisation des Etats américains (OEA), s'était retrouvé de plus en plus isolé, alors qu'un grève générale et les manifestations paralysaient l'activité du pays depuis une dizaine de jours. 

- "Sans gouvernement" -

Mme Añez, une avocate de 52 ans, doit désormais nommer son gouvernement et convoquer de nouvelles élections dans un délai de 90 jours selon la Constitution. Elle a promis qu'elles auraient lieu avant le 22 janvier 2020.

"Je félicite la nouvelle présidente constitutionnelle de Bolivie Jeanine Añez", a réagi sur Twitter le candidat Carlos Mesa, qui contestait les résultats de la présidentielle du 20 octobre et réclamait un second tour. 

Le leader de la contestation populaire, Luis Fernando Camacho, a également reconnu la sénatrice d'opposition comme présidente par intérim et appelé à une "suspension des manifestations", notamment dans son fief de Santa Cruz (est).

A son arrivée au Parlement, où n'ont pas siégé les parlementaires majoritaires du Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti de M. Morales, Mme Añez avait déclaré à la presse: "Nous ne pouvons pas rester sans gouvernement".

Mardi, La Paz est restée paralysée, sans transports publics. Lundi, après de violentes protestations, l'armée avait été déployée dans les rues pour appuyer la police. 

Dans deux déclarations différentes, vingt pays membres de l'OEA ont appelé mardi à la fin de la violence et au respect de l'ordre constitutionnel pour surmonter la crise dans le pays, lors de la première réunion de l'organisation depuis la démission de M. Morales.

Un de ses alliés, le président vénézuélien Nicolas Maduro, a demandé à l'armée bolivienne de rétablir au pouvoir l'ex-chef de l'Etat, considérant que le pays courait un risque de "guerre civile". 

La France a appelé "au calme et à la retenue toutes les autorités de transition" tandis que Washington a conseillé aux citoyens américains de ne plus voyager en Bolivie pour cause de "troubles civils", et a limité sa présence diplomatique dans le pays.

Dimanche soir, des milliers de Boliviens avaient célébré dans les rues le départ d'Evo Morales, après la vague de violences post-électorales au cours de laquelle sept personnes ont été tuées, selon un nouveau bilan annoncé mardi par le procureur général, et au moins 383 autres blessées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.