Biden, l'offensive de charme, le jeu des contrastes avec Trump

Chargement en cours
Le président américain Joe Biden et la Première dame Jill Biden dans les Cournailles, pour le sommet du G7, le 11 juin 2021
Le président américain Joe Biden et la Première dame Jill Biden dans les Cournailles, pour le sommet du G7, le 11 juin 2021
1/4
© AFP, PHIL NOBLE, POOL

publié le samedi 12 juin 2021 à 09h51

"Tout le monde à l'eau!" La remarque amusée de Joe Biden au moment de la traditionnelle photo de famille du sommet du G7 - mise en scène cette année sur la plage - donne le ton.

Pour son premier déplacement à l'étranger, le président américain joue, dans un registre qu'il affectionne, une partition classique qu'il connaît sur le bout des doigts.

Moins imprévisible, moins agressif, moins obnubilé par les tapis rouges que son prédécesseur Donald Trump, "Joe" rassure. Après quatre ans d'invectives, il offre "une grande bouffée d'air frais", selon les termes du Premier ministre britannique Boris Johnson.

Le 46e président des Etats-Unis le sait: les alliés sont échaudés. Et il lui faudra plus que des bons mots et des promesses sur "America is back" pour effacer une forme de défiance vis-à-vis de la première puissance mondiale et les interrogations tenaces sur le devenir de la démocratie américaine.

Mais pour l'heure, dans les paysages enchanteurs des Cornouailles, au début d'une tournée de huit jours qui le mènera aussi à Bruxelles et Genève, le président de 78 ans joue sur du velours.

Peu à l'aise dans les conférences virtuelles via Zoom qui étaient retransmises à la Maison Blanche, le "vieux lion" de la politique américaine prend un plaisir évident à retrouver les interactions personnelles.

S'il apparaît parfois frêle, le président américain le plus âgé de l'histoire, affublé du surnom moqueur de "Joe l'endormi" par Donald Trump, a jusqu'ici fait taire les critiques sur son manque de vivacité et les interrogations sur son état de santé.

Il affiche une forme de décontraction qui est sa marque de fabrique: à la veille du sommet, il a été photographié en baskets blanches, assis en terrasse face à la mer avec sa femme Jill.

Sa longue carrière politique s'est bâtie sur le sens du contact, à Washington bien sûr (il a siégé au Congrès pendant 36 ans) mais aussi sur la scène internationale (il a sillonné le monde comme vice-président de Barack Obama).

"Il se prépare depuis 50 ans", avait plaisanté sa porte-parole Jen Psaki avant son départ pour le Royaume-Uni.

De ses années au Sénat, il a gardé le goût pour les apartés avec les journalistes, comme celui des blagues (certaines répétées en boucle) et des formules singulières connues à Washington sous le nom de "Bidénismes".

En déplacement, il ne change pas de registre. "C'est magnifique! Je ne veux plus rentrer chez moi!", lance-t-il face face à l'impressionnante Baie de St Ives.

- L'image de l'Amérique -

Au G7, Joe Biden est en terrain favorable.

Angela Merkel, Justin Trudeau, Emmanuel Macron: nombre de dirigeants qu'il y côtoie on été été pris à partie ou moqués par son tempétueux prédécesseur républicain.

Et chacun de ses mots, de ses gestes, offre un contraste saisissant avec le premier déplacement de Donald Trump en Europe, en mai 2017 (sommet de l'Otan à Bruxelles puis du G7 en Sicile).

L'image du président de la première puissance mondiale poussant sans ménagement le Premier ministre du petit Montenegro pour s'imposer au premier rang parmi ses pairs a laissé des traces indélébiles. 

"Bien sûr, le G7 préfère 'L'Amérique est de retour', et 'La démocratie est chargée de promesses' aux tirades et aux menaces de Trump", souligne Steve Pomper, de l'International Crisis Group.

"Mais in fine, Biden ne sera pas jugé par rapport aux errements de son prédécesseur", ajoute-t-il. "La question est de savoir si ce genre de sommets peut générer le type d'unité que Washington appelle de ses voeux".

Au-delà du G7, le vrai rendez-vous de ce voyage, le plus difficile, n'a pas encore eu lieu. Il est prévu mercredi, à Genève, dans une villa avec vue sur le lac Léman, avec son homologue russe Vladimir Poutine. Le face-à-face s'annonce tendu, son issue incertaine.

Pour l'heure, Joe Biden peut se vanter d'avoir, au moins temporairement, redoré le blason de son pays à l'étranger.

Selon une étude réalisée dans 16 pays par le centre de recherche Pew, 62% des personnes interrogées ont désormais une "image favorable" de la première puissance mondiale, contre seulement 34% en 2020.

L'étude apporte cependant un bémol, de taille, au moment où Joe Biden appelle les démocraties à démontrer leur supériorité face aux autocraties: la majorité des sondés ne voient plus l'Amérique comme un modèle démocratique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.