Barrage de Sivens : quelle situation trois ans après l'abandon du projet ?

Barrage de Sivens : quelle situation trois ans après l'abandon du projet ?©THOMAS SAMSON / AFP

franceinfo, publié le vendredi 26 janvier 2018 à 23h46

La zone de l'ancien barrage de Sivens (Tarn), un naturaliste rencontré par France 3 y revient dès qu'il peut. Pour préserver le site, cet homme a fait 57 jours de grève de la faim. Aujourd'hui, Christian Conrad estime avoir remporté une victoire, mais elle a un goût amer. "Il y a quelqu'un qui a perdu sa vie et puis la zone humide a été détruite", explique-t-il. Autour de lui, plus un seul zadiste. Ils sont tous partis.

Détruire la faune et la flore

Pourtant pendant deux ans à Sivens, ils se sont battus violemment contre un projet de barrage. Selon eux, il allait détruire la faune et la flore locales. Un combat jusqu'à la mort d'un jeune militant écologiste : Rémi Fraisse. Son décès a sonné le glas du projet. En face, les agriculteurs réclamaient de l'eau pour cultiver des…

Lire la suite sur Franceinfo

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
4 commentaires - Barrage de Sivens : quelle situation trois ans après l'abandon du projet ?
  • Dans qq années le bilan de NDL sera le même terrain abandonné et bagarre autour de la extension de la aéroport de Nantes ou rien ne sera fait Après cela pas surprenant que les industriels s installent dans d autres pays

  • L'irrigation permet de nourrir des milliards de personnes sur notre planète. Et sans ces ouvrages d'arts, il serait impossible de le faire. La France est le seul pays où tout est devenu impossible suite aux mouvements "d'enfants gâtés" irresponsables et utopistes. Heureusement, et ce n'est qu'une question de temps pour que la raison et les besoins obligent la société à revoir ses positions ridicules ...

  • L'agriculture doit s'adapter aux ressources en non l'inverse.

    D'ailleurs la justice est allé dans ce sens en annulant en juillet 2016 par le tribunal administratif de Toulouse, les trois arrêtés fondateurs du projet, en particulier celui sur la déclaration d'utilité publique.

    Une "tricherie" en réalité uniquement politique pour permettre au pouvoir ( hollande ) de revenir sur la décision initiale .
    Macron a fait la même chose lui aussi en nommant de nouveaux experts chargés de revenir sur le projet voté de NDDL .
    Même méthode ,même succès de l'utilisation de la violence et de la terreur .

    Ce n'est pas à l'agriculture de s'adapter mais à la population qui croît chaque jour. C'est cette dernière qui se nourrit et cela grâce à la première. Alors tant que cette situation durera, il faudra bien que le monde s'adapte ...

  • L'eau, le nerf de la guerre !
    Et on n'a toujours pas compris qu'il fallait arrêter avec le tout mais et autres plants aquavores !
    La lutte fut utile et il faudra du temps à la nature pour reprendre son aspect "naturel".
    Quand là aussi, des irresponsables pourritiques se permettent de gâcher la nature ET l'argent du contribuable.
    A Rémi.

    Bien sûr on va retourner au moyen-age.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]