Bangladesh: cinq hommes condamnés à mort pour un viol collectif

Bangladesh: cinq hommes condamnés à mort pour un viol collectif
Une étudiante participe à une manifestation contre les violences sexuelles envers les femmes, le 6 octobre 2020 à Dacca, au Bangladesh
A lire aussi

, publié le jeudi 15 octobre 2020 à 13h19

Un tribunal spécial a condamné à mort jeudi au Bangladesh cinq hommes pour le viol d'une adolescente de 15 ans en 2012, dans un climat de colère croissante contre les violences sexuelles envers les femmes.

Le tribunal spécial avait été constitué dans le district septentrional de Tangail pour juger les violences sexuelles envers les femmes et les enfants.

Selon le procureur Nasim Ahmed, le petit ami de l'adolescente l'a emmenée au bord de la rivière où il l'a violée avec ses amis. "Tous les cinq ont été jugés coupables et ont été condamnés à mort", a précisé M. Ahmed à l'AFP.

Il s'agit des premières condamnations depuis que le viol est devenu passible de la peine capitale sur décision en début de semaine de la Première ministre Sheikh Hasina après d'importantes manifestations contre les violences sexuelles.

Le viol collectif était déjà passible de la peine de mort auparavant, mais pas le viol commis par un seul auteur qui était jusqu'alors puni de l'emprisonnement à perpétuité.

La semaine dernière, des manifestations indignées se sont multipliées dans tout le pays après la diffusion d'une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux montrant plusieurs hommes déshabillant et attaquant une femme.

Sheikh Hasina faisait face à des critiques au sein de son propre parti, la Ligue Awami, et des manifestants avaient appelé à sa démission, une démonstration inhabituelle de défiance envers le gouvernement.

La colère couvait depuis septembre après l'arrestation de plusieurs membres de l'aile étudiante du parti au pouvoir, accusés du viol collectif d'une femme dans la ville de Sylhet (Nord).

Les manifestants à Dacca et dans d'autres villes réclamaient l'alourdissement des peines et un jugement plus rapide pour mettre fin à ce qu'ils perçoivent comme une culture de l'impunité pour les auteurs de violences sexuelles envers les femmes.

Seulement 3% environ des affaires de viol donnent lieu à des condamnations, selon des estimations.

Sur les neuf premiers mois de l'année, au moins 208 viols collectifs ont été rapportés, selon l'association locale Ain o Salish Kendra.

Le Bangladesh (168 millions d'habitants) a exécuté 23 personnes depuis 2013, avec 1.718 condamnés au moins en attente d'être exécutés, selon un groupe militant local.

La décision de rendre le viol passible de la peine capitale a été critiquée par des défenseurs des droits de l'homme qui l'estiment inefficace.

"Cette décision rétrograde constitue une feuille de vigne pour détourner l'attention du manque d'action réelle pour lutter contre la brutalité abjecte à laquelle font face tant de femmes bangladaises", a déclaré Amnesty International. "Les exécutions perpétuent la violence, elles ne l'empêchent pas".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.