Bangladesh: 200 morts en deux mois dans la "guerre contre la drogue"

Bangladesh: 200 morts en deux mois dans la "guerre contre la drogue"
Opération policière anti-drogue au Bangladesh, à Dacca le 5 juin 2018

AFP, publié le mardi 17 juillet 2018 à 10h55

La controversée "guerre contre la drogue" au Bangladesh a fait 200 morts en deux mois et abouti à l'arrestation de 25.000 personnes, a rapporté mardi une organisation locale de défense des droits de l'homme.

Le pays pauvre d'Asie du Sud de 160 millions d'habitants peine à contenir un afflux de drogues, particulièrement les pilules de méthamphétamine appelées "yaba" en provenance d'Asie du Sud-Est voisine, qui se répandent dans les villes et villages.

"C'est sans précédent au Bangladesh. Tant de personnes tuées dans un laps de temps si court", a déclaré à l'AFP Sheepa Hafiza, directrice exécutive de l'ONG bangladaise Ain o Salish Kendra.

"C'est extrêmement malheureux. Nous condamnons ces exécutions extra-judiciaires et demandons des enquêtes équitables pour chacune des morts", a-t-elle ajouté.

Le gouvernement bangladais prévoit de faire durer cette "guerre", qui rappelle une campagne similaire aux Philippines, le temps nécessaire pour maîtriser les réseaux de drogues. Les autorités assurent que les présumés trafiquants tués sont impliqués dans au moins 10 crimes liés aux stupéfiants.

Les défenseurs des droits de l'homme soutiennent que nombre de victimes sont abattues volontairement par la police dans des exécutions maquillées en fusillades et que cette opération sert aussi de couverture à des règlements de comptes.

La mort d'un conseiller municipal dans un raid antidrogues a causé un tollé national début juin lorsque sa femme a publié des enregistrements audio contredisant la version officielle.

Sur ces bandes, dont l'AFP n'a pu confirmer indépendamment l'authenticité mais qui ont déclenché un débat de société au Bangladesh, on entend notamment des coups de feu puis un homme discuter de la manière de placer des armes, des balles et de la drogue pour faire croire à un échange de tirs.

Le mois dernier, l'ONU s'est dite "inquiète" du grand nombre de personnes tuées dans cette campagne et a appelé les autorités au respect de la règle de la loi.

Des quantités faramineuses et en nette augmentation de pilules de "yaba" sont entrées clandestinement au Bangladesh depuis la Birmanie, producteur majeur de cette drogue de synthèse.

Dacca a saisi un nombre record de 40 millions de pilules l'année dernière et estime qu'environ 250-300 millions ont malgré tout pénétré sur son territoire.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU