Avec ou sans Macédoine ? Le nom du pays des Balkans disséqué à l'ONU

Chargement en cours
 Matthew Nimetz, émissaire de l'ONU dans les négociations entre Grèce et Macédoine sur le nom du pays des Balkans, le 11 septembre 2013 à Skopje, Macédoine

Matthew Nimetz, émissaire de l'ONU dans les négociations entre Grèce et Macédoine sur le nom du pays des Balkans, le 11 septembre 2013 à Skopje, Macédoine

1/4
© AFP

AFP, publié le mercredi 17 janvier 2018 à 23h56

La Grèce et la Macédoine ont discuté mercredi matin sous l'égide des Nations unies à New York pour tenter de résoudre un litige qui dure depuis 27 ans concernant le nom de l'ancienne république yougoslave.

Athènes objecte à l'utilisation du nom Macédoine --qui désigne déjà une province du nord de la Grèce-- par son petit voisin des Balkans qui a accédé à l'indépendance en 1991. Un différend qui affecte les velléités de Skopje d'intégrer l'Union européenne et l'Otan.

Entrevoyant une lueur d'espoir dans les récentes déclarations des gouvernements respectifs, l'émissaire onusien Matthew Nimetz avait décidé de réunir les deux parties à l'ONU.

"Je suis très optimiste sur le fait que le processus va dans une direction positive", a indiqué M. Nimetz lors d'un point-presse, à l'issue de la rencontre de deux heures entre l'ambassadeur de Macédoine aux Etats-Unis Vasko Naumoski et Adamantios Vassilakis, représentant de la Grèce.

Le diplomate américain a précisé avoir présenté des propositions aux deux hommes qui vont désormais les transmettre à leurs gouvernements respectifs. Et il compte lui-même se rendre bientôt en Grèce et en Macédoine pour discuter directement avec les autorités locales de ses propositions, dont il n'a rien voulu révéler.

"Je considère qu'il s'agit d'un bon ensemble d'idées, un compromis, et un paquet avec lequel les deux parties pourraient être à l'aise et qui pourrait mener à une solution digne et satisfaisante", a relevé celui qui tente de mettre un terme à cette affaire depuis 1994.

"Macédoine du Nord" ou "Nouvelle Macédoine" font partie des noms avancés mais les nationalistes grecs estiment qu'il ne devrait y avoir aucune référence à la Macédoine.

Le gouvernement grec ne s'oppose pas à ce que le mot "Macédoine" soit une des composantes du futur nom, pourvu qu'y soit accolé un déterminant géographique pour le distinguer de son voisin.

Plusieurs sessions de négociations ont échoué par le passé mais, pour M. Nimetz, les choses pourraient être différentes cette fois: "Je le pense. Je pense vraiment qu'à la fois Athènes et Skopje veulent réellement une solution", a-t-il dit, faisant écho à une impression dont il avait fait part à plusieurs reprises ces derniers jours.

Sur la télévision privée grecque Antena, il avait rappelé mardi que "le nom +Macédoine+ existait dans l'appellation actuelle, reconnue par la Grèce". 

"Plus de cent pays reconnaissent la Macédoine comme +Republika Makedonija+ (République de Macédoine, NDLR), ce qui prouve que le nom +Macédoine+ est lié à ce pays et je crois qu'on peut trouver une solution qui réponde aux exigences grecques et satisfasse les gens du pays voisin", avait-il ajouté.

- Discussions 'délicates' -

Le nom officiel du pays des Balkans, tel qu'inscrit aux Nations unies, est Ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM pour l'acronyme).

En l'acceptant comme membre de l'ONU, le Conseil de sécurité avait souligné que ce n'était qu'un nom temporaire. Il est aussi connu sous ce nom à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international.

Le porte-parole des Nations unies Stéphane Dujarric s'était montré prudent mardi soir: "Ces discussions durent depuis assez longtemps. Ce sont des discussions délicates", avait-il dit. "Attendons de voir ce qu'il se passe".

Pour Athènes, le fait que la Macédoine conserve ce nom suggère que Skopje nourrit une revendication territoriale sur la région de la Macédoine grecque, où se trouvent les grandes villes portuaires de Thessalonique et Kavala, et qui est considérée comme le coeur du royaume macédonien d'Alexandre le Grand.

Le Premier ministre macédonien Zoran Zaev a estimé le 7 janvier qu'il y avait une bonne chance de régler cette dispute "d'ici la fin du premier semestre 2018". 

Quelques jours auparavant, le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Kotzias s'était dit "optimiste" sur une solution en 2018.

Son homologue macédonien Nikola Dimitrov avait confié mercredi à la presse, en amont de la réunion, s'attendre à ce que le médiateur de l'ONU propose "un cadre qui aidera à structurer les pourparlers avec l'espoir d'obtenir un progrès substantiel".

Il avait estimé qu'il fallait saisir "l'occasion historique qui se présente avec l'atmosphère positive favorable à une solution".

Tout compromis devra être soumis à un référendum ou aux parlements respectifs.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
13 commentaires - Avec ou sans Macédoine ? Le nom du pays des Balkans disséqué à l'ONU
  • C'est vrai que l'ONU depuis le début n'a jamais permis d'arrêter un conflit, dont un, tout à fait emblématique Israélo Palestinien, d'ailleurs l'état d'Israël n'a jamais respecté les résolution de l'ONU la concernant

  • macedoine ça devrait leur plaire!...
    du mélange et des salades!...la grande spécialité de l'europe!....

  • De Gaulle avait raison : l' ONU , ce machin où les fonctionnaires sont plongés dans la lecture du journal de Mickey .
    Aujourd'hui, ils ont terminé de lire celui de cette semaine , et , ils vont s' occuper de savoir si la prochaine Macédoine se mangera à la sauce grecque ou pas .
    Et ils sont rétribués grassement , et évidemment grâce aux impôts des contribuables moyens que nous sommes .
    Toute cette armée de pique-assiettes politicarde connaît une belle vie et forme une véritable caste .

  • Ce conflit est complètement vain et stupide.Proche de chez nous, le Luxembourg est le nom d'un pays et aussi le nom d'une province belge, ce qui n'empêche pas ces 2 pays de cohabiter pacifiquement. De même, la France, la Belgique et le Luxembourg ont des régions qui se nomment "Ardennes" et cela ne pose aucun problème.
    La Grèce et la Macédoine ont des problèmes bien plus graves à régler... Et l'ONU des affaires plus graves à gérer que ce conflit débile !

    non ça s'appelle le BENELUX faut réviser vos classiques!....

  • Ce conflit est complètement vain et stupide.Proche de chez nous, le Luxembourg est le nom d'un pays et aussi le nom d'une province belge, ce qui n'empêche pas ces 2 pays de cohabiter pacifiquement. De même, la France, la Belgique et le Luxembourg ont des régions qui se nomment "Ardennes" et cela ne pose aucun problème.
    L'ONU a d'autres choses à faire que d'arbitrer ce conflit débile.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]