Aux Philippines, un Mercredi des Cendres "sans contact" à cause du coronavirus

Chargement en cours
Une religieuse (D) disperse des cendres sur la tête de fidèles catholiques dont le visage est couvert d'un masque de protection contre le coronavirus, à Manille le 26 février 2020
Une religieuse (D) disperse des cendres sur la tête de fidèles catholiques dont le visage est couvert d'un masque de protection contre le coronavirus, à Manille le 26 février 2020
1/2
© AFP, Ted ALJIBE
A lire aussi

, publié le mercredi 26 février 2020 à 08h26

Des cendres saupoudrées sur la tête plutôt qu'une croix dessinée sur le front... Les catholiques philippins ont fait une petite entorse à la tradition lors du Mercredi des Cendres, pour limiter les contacts et les risques de propagation du nouveau coronavirus.

Les autorités ecclésiastiques du très catholique archipel ont exhorté les prêtres à adapter légèrement le rite, dans le contexte d'une épidémie qui a déjà fait plus de 2.700 morts, essentiellement en Chine.

Trois cas ont été confirmés dans l'archipel où une personne a succombé au virus.

Depuis l'apparition de la maladie, les églises demandaient déjà aux fidèles à ne plus se tenir la main lors de la messe.

C'est mercredi un rite ancien qui a été adapté, celui qui veut qu'à l'occasion du Mercredi des Cendres, une croix soit dessinée avec de la cendre sur le front des fidèles.

Pour réduire les contacts inter-humains, donc les risques de propagation des virus, les cendres ont simplement été saupoudrées sur la tête des fidèles.

"On se sent plus en sécurité du coup", confie Wendy Tamidles, une étudiante de 19 ans qui figurait parmi les milliers de catholiques rassemblés mercredi à l'église Baclaran de Manille.

Le Mercredi des Cendres marque le début du Carême, une période de dévotion de 40 jours menant à Pâques.

"Nous sommes très prudents pour éviter la propagation du coronavirus", a déclaré Victorino Cueto, recteur de l'église de Baclaran.

Plus de 80% de la population philippine est catholique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.