Au Qatar, on climatise désormais même les rues

Au Qatar, on climatise désormais même les rues
Sur la corniche de Doha, en juillet 2017.
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le dimanche 20 octobre 2019 à 16h04

Avec plus de 46 degrés en été et un réchauffement plus rapide qu'ailleurs, le Qatar suffoque et climatise marchés et trottoirs, aggravant encore le réchauffement.

Trottoirs, marchés ou centres commerciaux de plein air. Comme l'a raconté cette semaine dans un long format le quotidien américain The Washington Post, au Qatar, on ne se contente plus de climatiser les logements, les bureaux ou les stades, en prévision de la Coupe du monde de football 2022. On climatise désormais... l'extérieur.


L'été, les températures dans les rues du richissime émirat du Golfe peuvent dépasser les 46 degrés. Et surtout, elles ont augmenté de 2 degrés depuis la période préindustrielle, en raison du réchauffement climatique global, de la forte humidité de l'air dans la région, mais aussi de l'urbanisation galopante du pays et de sa consommation d'électricité, dont 60 % est utilisée pour... la climatisation. Un cercle vicieux, donc, selon le Washington Post.

Or, précise le quotidien américain, cette consommation électrique pourrait presque doubler d'ici à l'année 2030, selon certaines projections.



Selon les interlocuteurs rencontrés par le Washington Post, les Qataris n'ont pas le choix. "Sans ces climatiseurs, la vie à l'extérieur serait tout simplement insupportable", estime par exemple Yousef al-Horr, le fondateur de l'Organisation du Golfe pour la recherche et le développement. Et même Neeshad Shafi, du mouvement écologiste Arab Youth Climate Movement Qatar, considère que "c'est une question de survie. Il fait trop chaud. C'est la réalité".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.