Au Liban, les retraités démunis face à l'effondrement monétaire

Chargement en cours
Jean Assaf, un policier à la retraite de 80 ans qui gagne une pension mensuelle d'environ 180 dollars contre 1 400 dollars avant la crise, montre de vieilles photos de lui en uniforme à son domicile dans le district de Mar Mikhael à Beyrouth le 24 mars 2021
Jean Assaf, un policier à la retraite de 80 ans qui gagne une pension mensuelle d'environ 180 dollars contre 1 400 dollars avant la crise, montre de vieilles photos de lui en uniforme à son domicile dans le district de Mar ...
1/3
© AFP, ANWAR AMRO

publié le lundi 29 mars 2021 à 11h48

Rentré au Liban en 2009 après avoir fait fortune à l'étranger, Samir Merhi espérait profiter d'une retraite dorée dans le pays de ses aïeux. Mais à 72 ans, la crise financière a ruiné ses décennies de labeur, l'obligeant de nouveau à partir.

Dans un hôtel de la rue Hamra, au coeur de Beyrouth, le septuagénaire relate une carrière prolifique entre les pays du Golfe et le Royaume-Uni, quatre décennies investies dans la construction et l'industrie de la mode.

Mais de ses "millions de dollars" amassés à l'étranger, et placés dans l'immobilier au Liban ou dans des banques locales, il ne lui reste rien, ou si peu. Avec les restrictions bancaires draconiennes sur les retraits et les transferts, ses économies sont prises en otage et risquent de s'évaporer.

"Je suis obligé de tout reprendre à zéro, pour assurer ma fin de vie. Je n'ai pas le choix", déplore l'homme d'affaires en costume, en attendant le taxi qui doit l'emmener à l'aéroport. Direction les Etats-Unis, où vit notamment son frère.

"Rendez-moi mon argent et je n'aurais pas besoin d'aller aux Etats-Unis", s'emporte-t-il. "Qu'est-ce que je vais aller faire là-bas (...) Je ne veux pas mourir aux Etats-Unis!"

Depuis l'automne 2019, le Liban vit au rythme d'une crise économique inédite, marquée par une dégringolade historique de la monnaie nationale et d'une paupérisation à grande échelle.

Comme nombre de ses compatriotes, Samir Merhi se dit piégé par des dirigeants "corrompus de la tête aux pieds" et victime de "la plus grande escroquerie de l'histoire" financière.

Mais si le septuagénaire peut envisager un semblant d'avenir ailleurs, c'est loin d'être le cas pour tous les retraités. Et avec la dépréciation de la livre libanaise, indemnisations de fin de carrière et pensions ne valent plus rien.

- "Je compte sur Dieu" -

Après 32 années de service dans la police, Jean Assaf vit l'effondrement au quotidien. Avant, sa pension valait environ 1.400 dollars, contre à peine 180 dollars aujourd'hui.

Si le taux de change officiel est toujours de 1.507 livres libanaises pour un dollar, au marché noir un dollar dépasse désormais les 12.000 livres.

"J'espérais pouvoir vivre honorablement à la fin de ma vie", témoigne l'ancien gendarme de 80 ans, dans son salon aux murs couverts de photos, médailles et canevas brodés.

Il peut difficilement compter sur ses cinq enfants, eux-mêmes empêtrés dans des difficultés.

Comme lui, plus de 108.000 retraités du secteur public sont frappés de plein fouet par la crise. Selon le ministère des Finances, la pension moyenne s'élève à 2,2 millions de livres, soit environ 170 dollars.

L'effondrement du pouvoir d'achat a plus largement entraîné un déclassement social inédit. Désormais 55% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Parmi les ONG mobilisées pour aider les plus démunis, Grassroots a érigé une tente dans le quartier de Mar Mikhaël, dévasté en août par l'explosion au port de Beyrouth qui a tué plus de 200 personnes.

L'ONG fournit vêtements, provisions alimentaires et organise quotidiennement une soupe populaire.

Ces derniers mois, ce sont "surtout des retraités" qui viennent, rapporte la directrice Mayssa Mansour.

- Aucune classe épargnée -

Malgré une pluie battante, plusieurs personnes affluent. Certaines jettent un regard furtif sans oser entrer.

"Ils ont honte, ce sont de gens qui n'auraient jamais demandé l'aumône", explique Mme Mansour.

Adib, 69 ans, vient quotidiennement récupérer des plats gratuits pour sa famille. Retraité de la police depuis 2004, sa pension vaut à peine 100 dollars aujourd'hui. Sur ses deux enfants, un fils ingénieur est au chômage depuis deux ans.

"J'appartenais à la classe moyenne. Désormais je suis même en-deçà du seuil de pauvreté", confie-t-il.

Les classes aisées aussi sont concernées. Sara et Fouad Ammar, un couple d'enseignants à la retraite, ont vu le montant cumulé de leurs pensions mensuelles fondre à 600 dollars, contre plus de 6.000 avant la crise.

"Notre situation reste acceptable par rapport à d'autres", reconnaît Sara, 68 ans. "Mais ce n'est pas du tout ce à quoi nous nous attendions à la fin de notre vie".

Sur leurs trois enfants, deux ont émigré au Canada en raison de la crise, ajoute son époux, 76 ans. Et "nous avons été privés de nos petits-enfants!", renchérit-il, le regard triste.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.