Attentats : le testament de Mohamed Abrini retrouvé

Attentats : le testament de Mohamed Abrini retrouvé

Mohamed Abrini, alias "l'homme au chapeau" des attentats de Bruxelles, est également inculpé dans l'enquête sur les attentats de Paris.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 18 mai 2016 à 11h20

- Selon BFMTV, les enquêteurs auraient retrouvé un document dans l'ordinateur de "l'homme au chapeau" des attentats de Bruxelles dans lequel il approuve les attentats de Paris et indique sa volonté de mourir en martyr. -

Mohamed Abrini, avait reconnu le 9 avril, au lendemain de son arrestation à Bruxelles, être "l'homme au chapeau" accompagnant les deux kamikazes de l'attentat à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars dernier, tout en minimisant son implication.

"Je ne ferais pas de mal à une mouche" aurait-il même lancé aux enquêteurs selon BFMTV. Pourtant, le testament qu'auraient retrouvé les policiers remet en cause sa version révèle une nouvelle fois la chaîne d'information.

Selon BFMTV, le Belge d'origine marocaine âgé de 31 ans indique dans ce document retrouvé dans un ordinateur à Bruxelles et daté du 2 février sa volonté de mourir en martyr. Il revient sur la mort de son frère en Syrie lors d'une attaque-suicide en juillet 2014 qui l'a poussé à se plonger dans la religion. Il trouve rapidement l'État islamique légitime.

Dans ce texte qu'il a tenté d'effacer, Mohamed Abrini approuve les attentats de Paris et qualifie les terroristes de "héros". Il demande à sa mère de ne pas s'en attrister : pour lui, il s'agit d'une"réplique de l'engagement de la France en terre d'islam et à son soutien affiché en Israël". Inculpé d'"assassinats terroristes" en Belgique, le jeune homme est également inculpé en France pour les attentats du 13 novembre. L'avant-veille il avait été filmé en compagnie de Salah Abdeslam dans une station-service de l'Oise, au nord de Paris. Les deux hommes circulaient dans une voiture utilisée ensuite pour convoyer des membres des commandos.



Dans ce document retrouvé dans la corbeille d'un ordinateur découvert par un agent communal dans une poubelle située près de l'appartement d'où sont partis les trois terroristes de l'aéroport de Bruxelles, il demande à sa mère de lui pardonner et lui promet de l'accueillir avec son frère au paradis. C'est du nom de combattant de ce dernier, Abou Yaya, qu'il signe d'ailleurs ce testament.

Ce testament n'est pas sans rappeler celui de Mohamed El Bakraoui, l'un des deux kamikazes de l'aéroport, dans lequel il disait "être dans la précipitation" et "ne plus savoir quoi faire".
 
38 commentaires - Attentats : le testament de Mohamed Abrini retrouvé
  • avatar
    Couroux  (privé) -

    Etrange qu'il laisse son ''testament'' dans une poubelle, il y avait a priori peu de chance pour que sa mère le trouve, Etrange aussi que ce ne soit que maintenant qu'on entende l'histoire de cet ordi trouvé dans une poubelle...

  • Quand la matiére à informer se fait rare ,on ressort cet individu !

  • Messieurs les journalistes un peu de retenu avec le titre de votre article !
    Etes vous bien conscients que le simple fait d'utiliser le terme "testament" pour cet individu, a pour conséquence de l'aduler aux yeux des islamistes !
    Tout est bon pour vendre...

  • ce serai mon fils, je ne lui pardonnerai pas car l'islam ce n'est pas ça, c'est pas au paradis qu'il faut qu'il aille mais en enfer et l'enfer ne le voudra peut etre pas non plus

  • Il parle de religion! La religion dont il parle n'est que la caricature la plus abjecte de ce que ne sera jamais une religion: un instrument de mort. La religion, c' est ce qui me met en relation avec Dieu et par Lui, avec les autres. Pas pour les tuer, mais pour les accueillir comme des frères à aimer parce que Dieu les aime comme moi. Ces gars-là, on leur a grillé les neurones. Ils ne sont plus capables de raisonner, de penser, de discerner. Ils sont conditionnés, reformatés et donc irresponsables. Pour le reste...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]