Attaque à Vienne : les deux Suisses arrêtés sont des "collègues" de l'assaillant

Attaque à Vienne : les deux Suisses arrêtés sont des "collègues" de l'assaillant
L'Autriche, sous le choc, a décrété trois jours de deuil national.
A lire aussi

, publié le mardi 03 novembre 2020 à 22h00

Deux jeunes hommes suisses ont été arrêtés au lendemain de l'attentat qui s'est déroulé lundi soir à Vienne, en Autriche. Les deux individus "connaissent" l'assaillant, selon le ministère fédéral de la Justice.

Vienne est toujours sous le choc au lendemain de l'attentat revendiqué par Daesh.

Deux jeunes hommes suisses ont été arrêtés ce mardi 3 novembre près de Zurich, dans le nord de la Suisse. Selon le ministère fédéral de la Justice, les deux individus "connaissent" l'attaquant de Vienne.



"Maintenant, on mène l'enquête pour savoir comment ils étaient en contact", a précisé à l'AFP Philipp Schwander, le porte-parole du ministère. La ministre de la Justice Karin Keller-Sutter a évoqué l'affaire au cours d'une table ronde organisée par le quotidien régional St. Galler Tagblatt.

Selon le quotidien, la ministre a indiqué que "les trois hommes se sont aussi rencontrés physiquement". Une citation que le porte-parole n'a pas pu confirmer. Toujours, selon le quotidien, la ministre a aussi déclaré que les deux jeunes gens étaient des "collègues" de l'attaquant de Vienne.

Les deux jeunes gens de 18 et 24 ans "ont été arrêtés par une unité spéciale à Winterthour (non loin de Zurich) mardi après-midi en coordination avec les autorités autrichiennes", a indiqué la police cantonale de Zurich dans un communiqué. "L'objectif principal est de faire tout la lumière" sur leur éventuelle implication, a indiqué la police cantonale zurichoise, qui travaille en étroite collaboration avec la police fédérale helvétique et la police autrichienne.

Winterthour avait déjà défrayé la chronique de l'islamisme radical. En 2017, l'imam éthiopien de la mosquée An'Nur avait été inculpé pour avoir appelé au meurtre de musulmans non pratiquants.

L'assaillant, un jeune homme de 20 ans

L'attentat s'est déroulé lundi soir, en plein coeur de Vienne, près d'une importante synagogue et de l'Opéra. A l'origine de l'attaque, Kujtim Fejzulai, un jeune homme de de 20 ans originaire de Macédoine du Nord, qui a prêté allégeance au groupe jihadiste Etat islamique. L'assaillant avait tenté de rejoindre la Syrie et avait été condamné en 2019 à de la prison en Autriche, mais a été libéré de manière anticipée. Il a été tué lundi soir par la police.

Kujtim Fejzulai a ouvert le feu alors que de nombreux Viennois profitaient d'un dernier moment de liberté, en terrasse ou au restaurant, avant le confinement. Il était armé d'un fusil d'assaut, d'une machette et d'une ceinture d'explosifs factice.

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a indiqué à l'AFP ne disposer "à l'heure actuelle d'aucun indice concret concernant d'éventuels attentats en Suisse".

Ce mardi, de premiers hommages, limités par le confinement, ont commencé à s'organiser, notamment à la cathédrale de Vienne, où a été organisée une messe du souvenir. L'Autriche, sous le choc, a décrété trois jours de deuil national après ce que le chancelier Sebastian Kurz a qualifié d'"attaque terroriste répugnante".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.