AstraZeneca à l'origine des thromboses ? L'Agence européenne des médicaments temporise les propos d'un de ses responsables

AstraZeneca à l'origine des thromboses ? L'Agence européenne des médicaments temporise les propos d'un de ses responsables
(Photo d'illustration)

, publié le mardi 06 avril 2021 à 16h04

L'Agence européenne des médicaments a assuré mardi qu'elle n'avait "pas encore abouti à une conclusion" sur le vaccin anti-Covid AstraZeneca, alors qu'un de ses responsables avait évoqué quelques heures plus tôt l'existence d'un "lien" avec les cas de thrombose observés après son administration.




Comment expliquer les graves - et rares - problèmes sanguins observés chez certaines personnes vaccinées contre le Covid-19 avec AstraZeneca? Depuis quelques semaines, le sérum du laboratoire anglo-suédois fait polémique après les cas de thrombose observés après son administration. Alors que l'Agence européenne des médicaments (EMA) tient une nouvelle réunion cette semaine, l'un de ses responsables s'est montré mardi 6 avril catégorique : il y a bien un lien la formation de rares caillots sanguins et le vaccin. 

"Nous pouvons désormais le dire, il est clair qu'il y a un lien avec le vaccin. Ce qui cause cette réaction, cependant, nous ne le savons pas encore", a a affirmé Marco Cavaleri, responsable de la stratégie sur les vaccins à l'EMA, dans une interview au quotidien italien Il Messaggero. 

Des propos temporisés quelques heures plus tard par l'EMA. Le comité de sécurité de l'EMA "n'a pas encore abouti à une conclusion et l'examen est actuellement en cours", a déclaré dans un communiqué à l'AFP l'agence basée à Amsterdam. Nous communiquerons et organiserons un point presse dès que l'examen sera finalisé", a ajouté le régulateur européen, précisant qu'une annonce est pour le moment attendue mercredi ou jeudi.

62 cas recensés

L'EMA avait annoncé le 18 mars que les bénéfices du vaccin AstraZeneca continuaient de l'emporter sur les risques et que son utilisation restait sûre, après la suspension des injections par plusieurs pays, dont la France. L'agence avait toutefois expliqué qu'il existait un lien possible avec des cas rares de caillots sanguins, et qu'elle publierait des conseils mis à jour lors de la réunion de son comité de sécurité cette semaine.

Selon les chiffres que l'EMA a dévoilés la semaine dernière, 62 cas de thromboses veineuses cérébrales ont été recensés dans le monde, dont 44 dans les 30 pays de l'Espace économique européen (UE, Islande, Norvège, Liechtenstein) pour 9,2 millions de doses de vaccin administrées.

Quatorze décès ont été enregistrés, sans pouvoir toujours être imputables de façon sûre à ces thromboses atypiques, a précisé la patronne de l'EMA, Emer Cooke, tout en précisant que ces données n'étaient que parcellaires. 

En Allemagne, 31 cas suspects de thrombose veineuse cérébrale (dont 19 s'accompagnaient d'une chute des plaquettes sanguines) ont été répertoriés à ce stade, avec 9 décès, selon l'Institut Paul-Ehrlich. Cela représente une proportion d'1 cas pour 100.000 doses de vaccin AstraZeneca injectées (2,8 millions). Des cas ont également été rapportés en France (12, dont 4 décès, sur 1,9 million d'injections selon l'ANSM), en Norvège (5 cas, dont 3 décès, sur 120.000 injections) ou aux Pays-Bas.

Au Royaume-Uni, où on a largement vacciné avec AstraZeneca, le bilan diffusé samedi évoque 30 cas dont 7 décès, sur un total de 18,1 millions de doses administrées.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.