"America First": Trump place le combat sur le front économique

"America First": Trump place le combat sur le front économique

Le président américain Donald Trump, le 15 décembre 2017 à Quantico, en Virginie

A lire aussi

AFP, publié le lundi 18 décembre 2017 à 11h12

Donald Trump décline lundi, lors d'un discours à Washington, son célèbre slogan "America First" à l'aune des menaces qui pèsent sur les Etats-Unis, avec la volonté de placer le combat économique au coeur de sa réponse.

Le président américain, qui, du climat au libre-échange, a marqué une nette rupture avec son prédécesseur Barack Obama et contribué à isoler les Etats-Unis sur la scène internationale, présente sa "Stratégie de sécurité nationale", épais document qui passe en revue les défis auxquels les Etats-Unis sont confrontés.

Le texte affirmera la conviction de l'administration que la compétitivité économique est "un sujet de sécurité nationale", a indiqué un responsable américain, martelant la détermination de l'administration à lutter pour des échanges équilibrées, en particulier avec la Chine.

"La meilleure arme dont nous disposons est la force de notre PIB", a ajouté ce responsable, citant une phrase du secrétaire américain à la Défense Jim Mattis.

Selon la même source, au-delà de l'accent mis sur le combat économique, l'approche de M. Trump se démarque de celles de ses prédécesseurs - démocrates comme républicains - sur la question de la sécurité intérieure et du contrôle aux frontières.

Le document rédigé par l'administration Trump, qui sera dévoilé après le discours du président, identifie quatre priorités vitales: protéger le territoire américain, promouvoir la prospérité américaine, préserver la paix grâce à la force et faire progresser l'influence américaine.

Fin septembre à l'ONU, M. Trump avait, dans un discours d'une violence rare dans cette enceinte, martelé sur tous les tons son attachement à la "souveraineté" de l'Amérique dans une remise en cause au moins partielle du fonctionnement multilatéral tel qu'il existe.

Mais son discours enflammé n'avait pas permis de dégager une véritable "doctrine Trump" sur la place des Etats-Unis dans le monde.

- Le climat pas prioritaire -

Interrogé sur la place du changement climatique dans ce document-référence, l'exécutif a indiqué qu'il n'était pas identifié comme "une menace à la sécurité nationale" des Etats-Unis.

Porté au pouvoir sur un message résolument climato-sceptique, Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le changement climatique signé par près de 200 pays.

A plusieurs reprises, M. Obama, un des principaux architectes de cet accord, avait souligné combien le défi climatique était devenu un enjeu de sécurité. 

"A travers le monde, le changement climatique augmente les risques d'instabilité et de conflits", avait-il lancé un an avant de quitter le pouvoir. "Ne vous y trompez pas, il aura un impact sur la façon dont notre armée doit défendre notre pays", avait-il ajouté, évoquant de profonds ajustements dans l'organisation, l'entraînement et la protection des infrastructures.

Le dernier document sur la stratégie de sécurité nationale a été publié en février 2015. A cette occasion, Barack Obama avait longuement mis en garde contre la tentation de décisions hâtives dans la gestion des crises internationales.

"Dans un monde complexe, nombre de questions de sécurité auxquelles nous sommes confrontés ne se prêtent pas à des réponses faciles et rapides", écrivait-il, appelant à faire preuve de "patience stratégique et de persévérance".

 
10 commentaires - "America First": Trump place le combat sur le front économique
  • Que veut dire "défendre les intérêts des Etats-Unis" pour Trump. Depuis 1980 et les débuts de la politique néo-libérale, le revenu des 50% des américains les plus pauvres a stagné, voir baissé pour les classes moyennes et les plus pauvres, alors que celui des 10% les plus riches a explosé. La baisse des impôts annoncé par Trump va profiter encore une fois aux plus riches au détriment des plus pauvres puisque cette baisse sera financée par moins d'aides sociales. Et la maigre protection sanitaire (l'Obamacare) est toujours dans le viseur de Trump. Du point de vue des inégalités et de la redistribution, de la fiscalité, de l'investissement public (certaines infrastructures, routières notamment, sont sinistrées) de la couverture médicale et sociale, les USA sont en passe de devenir un pays du Tiers-Monde. Comme pour le Brexit, c'est une vaste imposture qui a permis à Trump d'arriver au pouvoir.

  • AMERICA FISRT pour un président des USA
    me parait la moindre des choses
    ah !! si seulement il pouvait en être autant ailleurs

  • annexer l’Europe ,c'est le projet et la mettre sous leurs tutelles ....c'est en passe (alstom..)!

  • C'est pas étonnant, on ne peut lui faire entendre que le mot dollar, mais il n'est pas seul dans son pays et chez nous non plus.

  • Trump s'en fout de toutes ces critiques, il gouverne comme il l'entend.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]