Allemagne : Merkel échoue à former un gouvernement, nouvelles législatives en vue

Allemagne : Merkel échoue à former un gouvernement, nouvelles législatives en vue©source franceinfo

source franceinfo, publié le lundi 20 novembre 2017 à 11h00

Le chef de file des libéraux allemands, Christian Lindner, a annoncé dimanche soir qu'il se retirait des négociations pour former un gouvernement par cette phrase : "C'est mieux de ne pas gouverner plutôt que de mal gouverner". C'est donc la porte ouverte à l'organisation de nouvelles élections législatives, sauf si Angela Merkel décide de gouverner avec une minorité.



La chancelière allemande Angela Merkel était de toute façon dans une position délicate depuis les dernières élections les 24 septembre où son parti avait réalisé son plus mauvais score, rappelle la journaliste. Il va sans doute falloir réorganiser un scrutin, qui pourrait sonner la fin de l'ère Merkel, ouverte depuis 2005, comme le pensent 61% des Allemands.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
41 commentaires - Allemagne : Merkel échoue à former un gouvernement, nouvelles législatives en vue
  • On sait ce que l'on perd , mais pas ce qui viendra...et c'est très inquiétant;

  • Et nous voilà à nouveau dans une position délicate ( l'ALSACE)

  • beaux remerciements pour une grande dame qui a redresse l'économie de son pays
    sa politique migratoire peut être trop généreuse mais humaine

    avatar
    LEF93  (privé) -

    Surtout l'explosion des emplois précaires! le voilà le modèle Allemand?

  • son échec va je l'espère se porter aussi sur macron, et alors là je dis bravo, car notre roi va prendre un bon coup dans son orgueil

  • avatar
    Antidote1er  (privé) -

    Cet échec est-il la fin annoncée des politiques favorables à l'Union européenne (et non à l'Union des NATIONS européennes), à la submersion migratoire, à l'euro fort, à la suppression des frontières, à la concurrence effrénée généralisée, au chômage de masse ou aux petits boulots ?
    Après la sortie de la Grande-Bretagne et la crise institutionnelle allemande, Emmanuel MACRON, dernier partisan d'une Union européenne désormais à la dérive n'a-t-il pas du souci à se faire pour son avenir politique ?