Allemagne: le chef social-démocrate sous pression pour s'allier avec Merkel

Chargement en cours
 Le chef du Parti social-démocrate allemand Martin Schulz, à Berlin le 20 novembre 2017

Le chef du Parti social-démocrate allemand Martin Schulz, à Berlin le 20 novembre 2017

1/2
© AFP, Odd ANDERSEN
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 22 novembre 2017 à 11h14

La pression monte autour du patron des sociaux-démocrates allemands Martin Schulz pour qu'il accepte une alliance avec Angela Merkel dans un nouveau gouvernement afin de sortir l'Allemagne d'une grave crise politique, rapporte mercredi la presse allemande.

Le patron du SPD, depuis son humiliante défaite aux législatives du 24 septembre, a signifié à maintes reprises son refus de reconduire la coalition sortant avec la CDU de Mme Merkel, préférant une cure d'opposition pour se reconstruire. 

Mais après l'échec dimanche des négociations entre la CDU, les Verts et les libéraux pour former un gouvernement, et face à la menace d'élections anticipées, le refus de Martin Schulz est devenu plus controversé.  

"Le refus de Schulz de participer à un gouvernement sème le trouble au SPD", titre le quotidien Süddeutsche Zeitung (centre gauche), "le scepticisme pointe au sein du groupe parlementaire et à la direction du parti: avec son refus strict, le chef du SPD est allé trop loin".

Car en cas d'élections anticipées, certains élus craignent d'être punis par les électeurs pour avoir prolongé la crise politique. M. Schulz argumente lui que son échec de septembre aux législatives et le score médiocre de la CDU démontrent que les Allemands ne veulent pas d'une nouvelle "grande coalition". 

"La résistance à Martin Schulz gagne du terrain au SPD", relève ainsi le quotidien populaire Bild, le plus lu d'Allemagne. Selon le journal, une trentaine de députés remettent en question la stratégie de leur patron. 

Le chef de l'Etat allemand, le social-démocrate Frank-Walter Steinmeier qui veut à tout prix éviter des législatives anticipées, va recevoir M. Schulz jeudi et devrait tenter de le convaincre d'aller négocier avec Mme Merkel. 

"Nous sommes dans une nouvelle situation", a insisté Johannes Kahrs, un chef de fil de l'aile droite du SPD, dans le journal régional Passauer Neue Presse, "on ne peut pas dire au président: +vlan, c'est fini+".

M. Steinmeier fait actuellement le tour des partis susceptibles de participer à une coalition sous l'égide de la chancelière au pouvoir depuis douze ans.

Claudia Roth, l'une des figures des Verts, a aussi encouragé le chef de l'Etat à "amener le SPD à bouger".

 
9 commentaires - Allemagne: le chef social-démocrate sous pression pour s'allier avec Merkel
  • Allez y les sociaux ex socialistes avec la CDU contre votre peuple......vous n' avez toujours pas compris ce qui vous est arrivé.....la montée de l' extrème droite, attentio nous ne laisserons pas faire...........gérer votre pays mais pas des petits boulots mal payés.....
    sinon vous dégagerez...........

  • Et si c'est l'AFD qui gagne ! ! on va se marrer.

  • IL ne faut pas qu'il s'allit :car cela affaibli son parti :nous l'avons vu en FRANCE .

  • La question est de savoir jusqu'où aller dans le compromis car, pour citer Coluche (et le détourner...) : " A compromis, chose due".

  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    les socios démocrates allemands ont obtenu un score dans les chaussettes en s'étant alliés avec les conservateurs allemands !?
    et ils en redemandent ? faudrait il croire qu'ils ont décidé de faire un score encore plus minable ?
    allez encore une stratégie gagnante comme celle là et l'AFD gagnera l'élection dans un fauteuil !.........

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]