Algérie: deuil national de trois jours après la chute d'un avion militaire

Chargement en cours
 Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, dans un fauteuil roulant, le 9 avril 2018 à Alger

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, dans un fauteuil roulant, le 9 avril 2018 à Alger

1/3
© AFP, Handout, APS

AFP, publié le mercredi 11 avril 2018 à 21h50

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours à compter de mercredi, après la mort de 257 personnes dans le crash d'un avion militaire au sud d'Alger, selon un communiqué officiel.

Il a également "ordonné" que soit récitée en mémoire des victimes la Prière de l'absent vendredi, après la grande prière musulmane hebdomadaire, poursuit la présidence dans ce texte, publié par l'agence de presse d'Etat APS.

Cet accident est la pire catastrophe aérienne - civile ou militaire - survenue en Algérie et la quatrième la plus meurtrière dans le monde depuis 20 ans.

Pour une raison encore inconnue, l'avion s'est écrasé peu après son décollage de la base aérienne de Boufarik, à une trentaine de km au sud d'Alger, avant de s'enflammer. L'épave calcinée git à une centaine de mètres des murs d'enceinte de la base.

La majorité des victimes sont des militaires et leur famille, selon le ministère de la Défense.

Plusieurs appareils militaires algériens ont subi des accidents ces dernières années, faisant des dizaines de victimes.

En février 2014, 77 personnes, militaires et membres de leur famille, avaient péri dans l'accident d'un Hercules C-130, appareil de transport de l'armée algérienne, qui s'était écrasé alors qu'il survolait le mont Fortas, près d'Oum El Bouaghi (500 km à l'est d'Alger).

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.