Afrique du Sud: Zuma s'accroche, la crise politique s'éternise

Afrique du Sud: Zuma s'accroche, la crise politique s'éternise

Des membres du parti au pouvoir en Afrique du Sud réclament le départ du président Jacob Zuma, à Johannesburg, le 5 février 2018.

AFP, publié le vendredi 09 février 2018 à 16h44

L'Afrique du Sud était suspendue vendredi à l'issue de tractations au sommet pour obtenir le départ anticipé du président Jacob Zuma, exigé par la direction de son parti qui a annulé ses engagements publics pour accélérer la fin de la crise.

La liste des scandales autour de M. Zuma, au pouvoir depuis 2009, ne cesse de s'allonger, discréditant son parti, le Congrès national africain (ANC) à l'approche des élections générales de 2019.

Pour enrayer la chute de popularité du parti, son tout nouveau chef Cyril Ramaphosa, élu en décembre, tente d'obtenir au plus vite le départ de l'encombrant chef de l'Etat.

Une tâche difficile, compte tenu des divisions au sein de l'ANC et de la ténacité de Jacob Zuma. Réputé insubmersible, le président a jusqu'à présent toujours su habilement manoeuvrer pour se maintenir au pouvoir malgré ses déboires judiciaires, ses piètres résultats économiques et un taux de chômage record (27,7%).

Dimanche, les six plus hauts responsables de l'ANC - le Top Six - l'ont prié de démissionner. Il a refusé, déclenchant une crise qui a bouleversé le calendrier politique.

Pour tenter d'en sortir, MM. Zuma et Ramaphosa ont entamé mardi des discussions directes et constructives sur la "transition". Leur issue est "imminente", a assuré jeudi l'ANC.

Vendredi, le Top Six a annulé tous ses engagements publics prévus dans la journée dans le cadre du centenaire de la naissance de la figure historique de l'ANC, Nelson Mandela.

Cette décision de dernière minute a été prise "en raison d'autres engagements nécessitant leur présence", a expliqué le parti sans donner plus de détails, laissant penser que le Top Six se concentrait sur la crise qui paralyse le pays.

Plus tôt cette semaine, le discours annuel du président devant le Parlement, temps fort de la vie politique sud-africaine, avait été reporté pour la première fois de l'histoire à une date ultérieure.

- 'Derniers détails' -

M. Zuma était attendu vendredi à Pretoria, la capitale politique, après une série de réunions au Cap, siège du Parlement.

Il se battra jusqu'au bout, a prévenu l'une de ses quatre épouses, la discrète Thobeka Madiba-Zuma, en lui apportant un soutien très remarqué sur son compte Instagram.

"Umsholozi (nom de clan de Zuma) n'a pas rejoint l'ANC en 1991, (...) il n'a pas zappé de la lutte (contre l'apartheid) à l'accumulation de richesses", a-t-elle lancé en visant le chef de l'ANC, ex-syndicaliste reconverti en richissime homme d'affaires.

M. Zuma "a quitté jeune sa maison pour combattre l'apartheid. (...) il terminera ce qu'il a commencé", a assuré Thobeka Madiba-Zuma, dans une note en forme de déclaration d'amour. "J'ai le béguin pour toi tous les jours", a-t-elle déclaré.

Selon le journal The New Age, appartenant à la sulfureuse famille Gupta, très proche du président, M. Zuma "doit rencontrer ce week-end sa famille à Pretoria pour discuter de son départ".

"On s'attend à ce qu'il donne sa démission au plus tôt lundi", a ajouté une source anonyme cité par le quotidien. "Entretemps, il continuera à discuter avec le président (de l'ANC) Ramaphosa pour régler les derniers détails".

Les négociations achoppent sur les termes du départ de M. Zuma, selon des sources concordantes. Le président tente coûte que coûte de garantir son immunité, mais aussi celle de membres de sa famille impliqués dans plusieurs dossiers judiciaires.

Il aurait également demandé que ses frais judiciaires soient pris en compte par l'Etat, selon les médias locaux. Une exigence "ridicule", s'est immédiatement indigné le parti d'opposition UDP (Mouvement démocratique uni). 

Si M. Zuma démissionne, il sera remplacé par M. Ramaphosa, vice-président de l'Afrique du Sud en exercice, pour un intérim de trente jour maximum, le temps pour le Parlement d'élire un nouveau chef de l'Etat. Sauf nouveau coup de théâtre, M. Ramaphosa est assuré d'être élu.

L'ANC, au pouvoir depuis la fin officielle du régime d'apartheid en 1994, doit agir au plus vite. Le parti "se retrouve au pied du mur, il doit donc prendre une décision claire", a estimé M. Mathekga.

La présentation du budget est prévue le 21 février. Et le 22, le Parlement doit débattre d'une motion de défiance, la neuvième déposée contre M. Zuma depuis son arrivée au pouvoir. La dernière, en août, avait échoué à 24 voix près.  

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Afrique du Sud: Zuma s'accroche, la crise politique s'éternise
  • Pendant très longtemps on ne disait qu'une seule chose : "l'Afrique du Sud, un pays très riche", force est de constater que ce grand pays est entrain de rejoindre les autres pays africains...

    Oui, exact, mais ...
    Durant les années "noires" de l’apartheid, le pays était riche. Il l'est encore.
    Juste exploité différemment, les tireurs de ficelles bien au chaud, laissant le pays s'effondrer, en attendant que la peuple africain demande le retour des blancs pour gérer. L'Histoire est une éternelle toupie.

    A "yeauldgit", je ne rêve plus depuis longtemps... commentaire sympa... Amitiés

  • Mandella est bien loin,son héritage aura été détruit

  • Normal c'est le Mossad et la CiA qui veulent maintenir leur vassal ZUMA....comme ils lle font pour d'autres...

    giulian, on peut voir dans votre réaction toute la connaissance d'un pays dont vous connaissez tout, histoire, géopolitique, économie, mixité& ...
    Et aucunement la moindre allégation relative à votre vision personnelle.

    L'Afrique du Sud, pays où je me suis rendu 6 fois dans les 10 dernières années, est un pays où l'apartheid, régime horrible, régissait, sans partage.

    De Klerk eut l'intelligence de libérer Mandela.
    Mandela eut la finesse d'amener De Klerk à lui céder le pouvoir.
    Mandela élu par le peuple, sut partir, pour transmettre le flambeau politique, l'économique restant, depuis le début du XX° siècle entre les mains de trusts internationaux.
    Zouma a été élu, non par le peuple, mais par le parlement, composé majoritairement de membres de l'anc, son parti.

    Ne pensez-vous pas que, plutôt que les assertions inexactes que vous avancez, ce serait le refus de lâcher la poule aux œufs d'or qui le fait collé au pouvoir ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]