Afrique du Sud: Zuma en liberté conditionnelle pour raisons médicales

Afrique du Sud: Zuma en liberté conditionnelle pour raisons médicales
Jacob Zuma, chez lui, à Nkandla, le 4 juillet 2021

publié le dimanche 05 septembre 2021 à 20h08

L'ancien président sud-africain Jacob Zuma, incarcéré depuis le 8 juillet pour outrage à la justice, s'est vu accorder une remise en liberté conditionnelle pour raisons médicales, ont annoncé dimanche les autorités pénitentiaires sud-africaines.

M. Zuma, 79 ans, est hospitalisé - pour des raisons non dévoilées - depuis le 6 août, hors de la prison où il purge une peine de 15 mois d'emprisonnement pour avoir obstinément refusé de comparaître devant une commission d'enquête sur la corruption d'Etat sous sa présidence (2009-2018).

"Le Département des services pénitentiaires (DCS) est en mesure de confirmer que M. Jacob Gedleyihlekisa Zuma a été placé en liberté conditionnelle pour raisons médicales", selon un communiqué.

M. Zuma pourra rentrer chez lui à sa sortie de l'hôpital, a précisé un responsable pénitentiaire à l'AFP.

Cette liberté conditionnelle prend effet dimanche et M. Zuma purgera le reste de sa peine hors de prison, mais pourra avoir à effectuer des travaux d'intérêt général à sa sortie de l'hôpital.

"Le placement en liberté conditionnelle pour raisons médicales de M. Zuma signifie qu'il purgera le restant de sa peine au sein du système pénitentiaire communautaire, où il devra respecter un certain nombre de conditions et sera soumis à supervision jusqu'à la fin de sa peine", poursuit le DCS dans son communiqué.

Cette mesure de liberté conditionnelle a été prise sur la base d'un "rapport médical" reçu par les services pénitentiaires, selon le communiqué. 

M. Zuma a subi le 14 août une opération chirurgicale dont la nature n'a pas été précisée et reste hospitalisé dans l'immédiat.

Mzwanele Manyi, porte-parole de l'ancien chef de l'Etat, a indiqué à l'AFP, n'avoir pas parlé à M. Zuma depuis l'annonce de la mesure de liberté conditionnelle, mais que celui-ci était certainement "soulagé, n'importe qui ne pouvant qu'être ravi quand cela arrive".

Il a affirmé que l'emprisonnement "inconstitutionnel" de M. Zuma avait aggravé son état de santé. "Cela a eu un impact exponentiel en terme de détérioration de son état", a-t-il ajouté, refusant de dévoiler la pathologie dont souffre M. Zuma.

L'Alliance démocratique, principal parti de l'opposition sud-africaine a estimé que la mesure de liberté conditionnelle était "totalement illégale et bafoue" la législation en matière de détention, affirmant que M. Zuma a publiquement refusé d'être examiné par un comité médical indépendant.

L'incarcération de M. Zuma avait déclenché une vague sans précédent de violences et de pillages en Afrique du Sud.

L'actuel président, Cyril Ramaphosa, successeur de M. Zuma, avait dénoncé une tentative orchestrée de déstabiliser le pays.

La reprise du procès pour corruption de M. Zuma, ouvert en mai et lié à un contrat d'armement signé il y a plus de 20 ans, alors qu'il était vice-président, a été repoussée au 9 septembre.

Jacob Zuma doit répondre de 16 chefs d'accusation de fraude, corruption et racket dans le cadre de l'achat par l'Afrique du Sud en 1999 d'avions de combat, de navires de patrouille et d'équipement militaire à cinq entreprises européennes.

Il est accusé d'avoir reçu des pots-de-vin du géant de l'armement français Thalès, inculpé de son côté de corruption et blanchiment d'argent.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.