Afrique du Sud: négociations pour un départ anticipé du président Zuma

Chargement en cours
 Le secrétaire général de l'ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, Ace Magashule, s'adresse à la presse le 22 janvier 2018 à Johannesburg

Le secrétaire général de l'ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, Ace Magashule, s'adresse à la presse le 22 janvier 2018 à Johannesburg

1/2
© AFP, GIANLUIGI GUERCIA

AFP, publié le lundi 22 janvier 2018 à 18h29

Des négociations sont engagées entre le très controversé président sud-africain Jacob Zuma et son parti, le Congrès national africain (ANC), pressé de mettre un terme avant l'heure à son règne émaillé de scandales à un peu plus d'un an d'élections cruciales.

L'ANC a confirmé lundi avoir "discuté" de ce sujet très sensible lors d'une réunion de ses dirigeants ce week-end à Pretoria.

La pression n'a jamais été aussi grande sur le président Zuma pour remettre les rênes du pouvoir depuis le revers qu'il a subi au congrès de l'ANC en décembre. Il a été remplacé à la tête du parti par le vice-président Cyril Ramaphosa, qui avait axé sa campagne sur la lutte contre la corruption.

"Nous avons convenu que le sujet" du départ de Jacob Zuma "était entre les mains des responsables. Il y aura des discussions entre les responsables (du parti), le président Zuma et le président (du parti) Ramaphosa", a déclaré le secrétaire général de l'ANC, Ace Magashule, lors d'une conférence de presse lundi.

Aucune "date butoir" n'a été fixée et aucune décision prise pour l'instant de "renvoyer" Jacob Zuma avant la fin de son second et dernier mandat en 2019, a-t-il cependant assuré.

Mais l'ANC, a aussitôt ajouté M. Magashule, est bien "décidé à regagner la légitimité morale" et a engagé "une nouvelle période de renouvellement" avant les élections générales de 2019.

L'enjeu est de taille: l'ANC, au pouvoir depuis la chute officielle du régime d'apartheid en 1994, pourrait payer le prix des scandales et des mauvais résultats économiques du président Zuma et perdre sa majorité absolue au Parlement.

Car le chef de l'Etat, âgé de 75 ans, ne cesse d'accumuler les déboires judiciaires: violation de la Constitution dans une affaire d'abus de biens sociaux, soupçons de corruption dans un contrat d'armement, accusations de collusion avec une sulfureuse famille d'hommes d'affaires, les Gupta...

Jusque-là, le président, un fin stratège, a toujours réussi à sauver sa peau. Mais il se retrouve aujourd'hui très affaibli au sein-même de son parti, dont le nouveau chef pense que le salut de l'ANC passe par un départ anticipé de l'actuel chef de l'Etat.

- 'Plaie purulente' -

Ce week-end, l'ANC a promis d'"agir de façon décisive" pour rétablir sa réputation. Le grand ménage a déjà commencé. 

La justice sud-africaine a lancé la semaine dernière sa première action pour récupérer une partie des fonds publics soupçonnés d'avoir été détournés par les Gupta.

Avant de s'envoler pour plaider la cause de son pays au Forum économique de Davos (Suisse), Cyril Ramaphosa a voulu lancer un signal fort aux investisseurs et aux agences de notation, qui ont dégradé l'an dernier la note de l'Afrique du Sud.

Il a annoncé samedi la composition d'un nouveau conseil d'administration à la tête d'Eskom, l'entreprise publique d'électricité, au centre de plusieurs enquêtes concernant des affaires de corruption.

Cyril Ramaphosa joue gros: si l'ANC l'emporte en 2019, il deviendra chef de l'Etat. 

"Il y a une volonté d'un changement assez rapide au sein de l'ANC et la démission du président Zuma - une plaie purulente pour le parti - entre dans ce schéma", a estimé l'analyste politique Daniel Silke interrogé par l'AFP.

Mais obtenir le départ de Jacob Zuma reste "une procédure délicate" compte tenu des affaires judiciaires qui le menacent, a-t-il relevé. Le président va chercher des "assurances" pour ne pas être poursuivi, et là on entre dans une "zone grise" compte tenu de la séparation des pouvoirs entre l'exécutif et le judiciaire.

Pour les analystes, il ne s'agit plus de savoir si Jacob Zuma partira mais quand. 

L'agenda du président Zuma, publié lundi, prévoit qu'il s'adressera, comme prévu, le 8 février au Parlement pour son discours annuel à la nation. Une note en rouge, en tête du document, précise cependant que ce programme "est susceptible de changement à la dernière minute".

bed/pa/jlb

     

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - Afrique du Sud: négociations pour un départ anticipé du président Zuma
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]