Afghanistan: trois employés du géant français Sodexo exécutés à Kaboul

Chargement en cours
Trois employés expatriés ont été enlevés et tués par des hommes armés à Kaboul jeudi matin et leurs corps retrouvés dans les faubourgs de la capitale afghane
Trois employés expatriés ont été enlevés et tués par des hommes armés à Kaboul jeudi matin et leurs corps retrouvés dans les faubourgs de la capitale afghane
1/2
© AFP, WAKIL KOHSAR

AFP, publié le jeudi 02 août 2018 à 18h23

Trois employés expatriés du géant français Sodexo ont été enlevés dans des circonstances confuses, puis exécutés, jeudi à Kaboul, dans ce qui est qualifié d'"acte terroriste" par les autorités.

Le leader mondial des services et de la restauration collective en entreprises s'est dit "profondément attristé et choqué par cette perte tragique".

Dans un communiqué, son PDG Denis Machuel a assuré "travailler étroitement avec les autorités" en charge de l'enquête et confirmé que les victimes étaient de nationalité malaisienne, indienne et macédonienne.

"Au nom de Sodexo, je m'associe à la douleur de leurs familles, de leurs proches et de leurs collègues et leur témoigne notre soutien dans cette épreuve", a-t-il ajouté. Un "dispositif d'accompagnement et de soutien psychologique" a été mis en place pour les collaborateurs sur place.

Présent en Afghanistan depuis 2002 avec environ 230 employés, la multinationale Sodexo a plusieurs contrats de restauration avec "des gouvernements, des ambassades, des entreprises de construction et des sociétés privées travaillant dans la défense", a précisé une porte-parole à l'AFP. 

Les corps de ses trois employés, menottés et criblés de balles, ont été découverts jeudi par la police à l'extérieur de Kaboul, moins de deux heures après leur enlèvement. 

Personne n'a revendiqué cette opération, mais "à ce stade nous pensons qu'il s'agit d'un acte de terrorisme", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police de Kaboul, Hashmat Stanikzai.

D'après ses informations, les trois hommes ont été enlevés dans l'est de la capitale afghane, à proximité de l'aéroport international.

- Dans un champ -

Mais une certaine confusion demeure sur les circonstances de leur enlèvement.

Selon Bahar Mehr, conseiller en communication du ministère de l'Intérieur, ils ont quitté leurs bureaux dans l'est de la ville "vers 08H30" (04H00 GMT) à bord d'une voiture conduite par un chauffeur.

"Environ une heure et demie plus tard, leurs corps ont été retrouvés dans les champs du district de Musahi", dans le Logar, au sud de Kaboul, et ce, à bord d'une autre voiture.

"Les trois victimes sont des hommes dont les mains avaient été menottées. Ils ont été tués par balles. Deux d'entre eux se trouvaient dans le coffre et le troisième sur la banquette arrière", a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi.

Le chauffeur qui les accompagnait jusqu'à leur interception et qui a donné l'alerte a été arrêté par la police et "fait figure de suspect", a-t-il précisé.

La région de Musahi et la route menant à la province du Logar sont réputées dangereuses avec une importante présence des talibans.

Les enlèvements sont fréquents en Afghanistan, généralement crapuleux, pour toucher des rançons. Mais les bandes criminelles peuvent aussi revendre leurs otages étrangers à des groupes armés comme le réseau Haqqani. Celui-ci détient toujours, depuis septembre 2016, deux professeurs - un Australien et un Américain - de l'université américaine de Kaboul.

Cependant, les Afghans, en particulier à Kaboul, sont les premières cibles des enlèvements criminels alors que la situation sécuritaire s'est globalement dégradée dans le pays avec la multiplication des attentats mais aussi la hausse de la criminalité, encouragée par un chômage élevé.

Sodexo avait déjà perdu un collaborateur dans des circonstances tragiques: Frédéric Boisseau avait été la première des douze victimes de l'attentat perpétré à Charlie Hebdo en janvier 2015. Cet agent de maintenance de 42 ans avait été abattu dans le hall du journal satirique parisien.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU