Afghanistan: à Dubaï, des visages éreintés mais soulagés sur la route du Royaume-Uni

Chargement en cours
Des passagers évacués d'Afghanistan par l'armée britannique arrivent à l'aéroport de Dubaï, le 19 août 2021
Des passagers évacués d'Afghanistan par l'armée britannique arrivent à l'aéroport de Dubaï, le 19 août 2021
1/4
© AFP, Giuseppe CACACE

publié le jeudi 19 août 2021 à 18h22

Visages épuisés et "V" de la victoire: des dizaines de passagers ayant fui l'Afghanistan après la prise de pouvoir des talibans transitaient jeudi à Dubaï dans le cadre des opérations d'évacuation vers le Royaume-Uni organisées par les autorités britanniques.

Des dizaines de personnes, dont des familles, portant pour la plupart les habits traditionnels afghans, sont arrivées à l'aéroport Al-Maktoum, dans le sud de Dubaï, pour une escale aux Emirats en attendant leur départ pour le Royaume-Uni, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Ils étaient impatients de quitter l'avion et de se reposer", a déclaré à l'AFP un employé de l'aéroport après avoir aidé les passagers à descendre d'un avion pour les conduire vers un bus. L'AFP n'a pas été autorisée à parler ou à montrer le visage des personnes évacuées.

Depuis que les talibans ont pris dimanche le pouvoir en Afghanistan après une campagne militaire expéditive de dix jours, de nombreux Afghans et étrangers cherchent à fuir le mouvement islamiste radical.

Lundi, l'aéroport de Kaboul, seule porte de sortie du pays, avait été plongé dans le chaos par une marée humaine désespérée, certains s'accrochant parfois à des avions en plein décollage.

Jeudi sur le tarmac puis à une porte d'embarquement de l'aéroport émirati, certains passagers évacués levaient le pouce ou faisaient le "V" de la victoire devant les caméras des journalistes, tandis que des fillettes attendaient dans l'aéroport, tout comme plusieurs femmes tenant près d'elles leurs affaires emballées dans des sacs poubelles noirs.

Plus tôt dans l'après-midi, un avion de la Royal Air Force britannique avait déjà décollé du même aéroport en transportant des personnes évacuées d'Afghanistan vers le Royaume-Uni.

- Entrave -

Au total, le Royaume-Uni a évacué 306 Britanniques et 2.052 Afghans "en toute sécurité", selon le Premier ministre Boris Johnson, Londres ayant assuré que les évacuations allaient se poursuivre.

Face à l'urgence de la situation, le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, avait assuré "traiter le plus vite possible" les demandes de visas des Afghans ayant aidé les forces britanniques, expliquant "changer les règles" là où c'est possible pour accélérer le processus.

L'armée britannique a fait partie de la coalition dirigée par les Etats-Unis qui a envahi l'Afghanistan en 2001 pour chasser du pouvoir les talibans, accusés d'avoir offert à Al-Qaïda une base arrière ayant permis de fomenter les attentats du 11 septembre.

Depuis que les talibans ont repris le pouvoir, les pays étrangers organisent l'évacuation de leurs ressortissants et d'Afghans.

L'armée américaine a déjà évacué plus de 3.200 personnes, notamment du personnel américain. En plus, près de 2.000 réfugiés afghans ont été acheminés vers les Etats-Unis, le pays prévoyant d'évacuer plus de 30.000 personnes via ses bases au Koweït et au Qatar.

La France a évacué des centaines de personnes, essentiellement des Français et des Afghans, via sa base militaire à Abou Dhabi, émirat voisin de Dubaï.

A Kaboul, les talibans contrôlent les alentours de l'aéroport, les Etats-Unis reprochant au nouveau régime d'en entraver l'accès aux milliers d'Afghans qui souhaitent quitter le pays.

Tous se souviennent encore du précédent régime taliban, entre 1996 et 2001, et de son bilan catastrophique en matière de respect des droits humains, et n'ont aucune confiance dans les multiples assurances données ces derniers jours par ces islamistes.

Avant d'être chassés du pouvoir par les Américains, les talibans avaient imposé une version ultra-rigoriste de la loi islamique et des règles sociales strictes, restreignant drastiquement les droits des femmes, bannissant les divertissements et cantonnant l'éducation à presque exclusivement l'apprentissage religieux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.