Affaire Skripal : la santé de l'ancien espion russe «s'améliore rapidement»

Affaire Skripal : la santé de l'ancien espion russe «s'améliore rapidement»

Selon l'hôpital de Salissbury, Sergueï Skripal « n'est plus dans un état critique ».

leparisien.fr, publié le vendredi 06 avril 2018 à 15h55

Sergueï Skripal et sa fille ont été la cible d'une tentative d'empoisonnement début mars.

Depuis début mars et la tentative d'empoisonnement dont Sergueï Skripal a été la cible, les relations entre Occidentaux et Russes n'ont cessé de se détériorer. Environ 300 diplomates ont été expulsés de part et d'autre. L'état de santé de l'ancien espion russe, en revanche, « s'améliore rapidement » si l'on en croit l'hôpital de Salisbury, ville du sud-ouest de l'Angleterre où Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients sur un banc il y a un mois.

Sergueï Skripal « répond bien au traitement, [...] il n'est plus dans un état critique », a déclaré dans un communiqué publié ce vendredi Christine Blanshard, médecin à l'hôpital de Salisbury. Celle-ci a également donné des nouvelles concernant Ioulia Skripal, qui avait déjà fait savoir la veille qu'elle allait « de mieux en mieux chaque jour ». Son état de santé s'améliore « quotidiennement », a précisé Christine Blanshard. « Elle attend avec impatience le jour où elle pourra sortir de l'hôpital ».

LIRE AUSSI >Affaire Skripal : les animaux domestiques de l'ancien espion sont morts

La télévision publique russe avait diffusé jeudi un enregistrement audio présenté comme une conversation téléphonique entre Ioulia Skripal et sa cousine Viktoria. Dans cette brève conversation en russe diffusée dans le talk-show « 60 minutes » sur la chaîne Rossiya 1, celle qui est présentée comme Ioulia Skripal parlait normalement et d'une manière assez désinvolte, affirmant qu'elle et son père étaient en phase de rétablissement et qu'elle pourrait bientôt quitter l'hôpital.

La police britannique estime que les Skripal sont entrés en contact avec le poison au domicile de l'ancien espion. Elle a indiqué que la plus forte concentration de poison détectée se trouvait sur la poignée de la porte d'entrée de la maison. Le gouvernement britannique a déclaré avoir établi que le poison était un agent neurotoxique de conception soviétique appelé Novitchok. Il accuse la Russie d'être responsable de l'attaque. La Russie nie toute implication dans cette affaire et dénonce « une provocation » et « une campagne antirusse ».

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.