Armin Laschet, le Phénix de la politique allemande

Chargement en cours
Une affiche électorale taguée d'Armin Laschet, candidat de la CDU au poste de chancelier, affublé d'un nez rouge de clown, le 22 septembre 2021 à Berlin
Une affiche électorale taguée d'Armin Laschet, candidat de la CDU au poste de chancelier, affublé d'un nez rouge de clown, le 22 septembre 2021 à Berlin
1/4
© AFP, Odd ANDERSEN

publié le dimanche 26 septembre 2021 à 22h03

Donné cent fois battu et condamné dans sa carrière politique, le conservateur allemand Armin Laschet a toujours jusqu'ici réussi tel un Phénix à renaître de ses cendres.

Et même après le revers historique de son camp aux législatives de dimanche, il entend faire honneur à sa réputation et tenter, en dépit d'un faible popularité, de succéder à Angela Merkel, dont il partage la ligne centriste et pro-européenne. 

Dimanche, l'Union conservatrice de son parti la CDU et l'allié bavarois CSU a pourtant accusé un revers historique: elle est reléguée en deuxième position avec 24,5% de suffrages, selon les estimations, derrière les sociaux-démocrates autour de 26%.

Une glissade largement attribuée à la campagne émaillée de bévues d'Armin Laschet.

"Nous ferons tout ce que nous pouvons pour construire un gouvernement dirigé par l'Union" CDU-CSU, a néanmoins assuré dimanche le candidat chrétien-démocrate, champion du "rebond" en politique. 

Arithmétiquement il en a la possibilité au parlement, ce qui lui permettrait de succéder à Angela Merkel à la chancellerie, même s'il part avec un handicap sur les sociaux-démocrates.

- "Armin le Turc" -

Armin Laschet, qui dirige la Rhénanie du Nord-Westphalie, région la plus peuplée d'Allemagne, se présente comme un tenant de la politique de Merkel. Il entend maintenir le cap centriste et pro-européen.

Il fut l'un des rares à la soutenir après sa décision d'accueillir des centaines de milliers de migrants de Syrie ou d'Afghanistan en 2015.

Sa politique d'intégration quand il était ministre régional en 2005 lui avait déjà valu le surnom d'"Armin le Turc" au sein de la CDU.

Il naît le 18 février 1961 dans une famille modeste d'Aix-la-Chapelle. Mineur à l'origine, son père a réussi à se reconvertir dans l'enseignement. 

Fervent catholique, il fut enfant de choeur. Après des études de droit, il travaille comme journaliste avant de se lancer dans la politique.

Souvent donné battu, ce père de trois enfants a régulièrement surpris par son âpreté au combat, parvenant à décrocher la présidence de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) en janvier, puis à arracher la candidature de droite à la chancellerie en avril.

- Fou rire -

Il profite par la suite de bévues de la candidate écologiste Annalena Baerbock, un temps en tête des sondages, pour reprendre l'avantage. Armin Laschet présente un programme électoral vague mais rassurant, fidèle là aussi au credo merkélien consistant à s'abstenir de toute expérimentation dans une campagne électorale.

Mais les inondations dans l'ouest de l'Allemagne à la mi-juillet, qui ont fait quelque 180 morts, dont une cinquantaine dans son Land, mettent à l'épreuve ses qualités de gestionnaire de crise.

Celui qui aime à souligner son admiration pour l'empereur Charlemagne s'illustre alors par un manque de détermination conjuguée à une maladresse saisissante.

Interrogé par une journaliste à propos de mesures plus énergiques en matière de lutte contre le réchauffement du climat, considéré comme en partie responsable des crues, il réplique: "Excusez-moi jeune femme. Ce n'est pas parce que nous vivons un jour comme ça qu'on doit changer de politique", récoltant une volée de bois vert sur les réseaux sociaux.

Puis l'image d'un Armin Laschet pris d'un fou rire pendant qu'au premier plan, le chef de l'Etat Frank-Walter Steinmeier rend hommage aux victimes des crues dévastatrices provoque la stupéfaction. En visite par la suite sur les lieux des inondations, il est pris à partie par des sinistrés.

Viennent s'ajouter les soupçons de plagiat sur un livre écrit en 2009, où il reconnaît des erreurs.

A chaque fois il s'excuse, mais sa crédibilité plonge et la probabilité d'une défaite de la droite grandit. 

A tel point qu'Angela Merkel, qui s'était tenue à l'écart de la campagne, est remontée sur le ring, multipliant récemment les rassemblements électoraux à ses côtés. Fort de ce soutien, Armin Laschet a mis en garde ses adversaires: il ne faut pas "le sous-estimer".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.