A New York, une statue controversée de Theodore Roosevelt sur le départ

Chargement en cours
Une statue de l'ancien président américain Théodore Roosevelt (1901-1909), jugée dégradante pour les Afro-Américains et les Amérindiens, recouverte par un échafaudage avant son enlèvement, à New York, le 2 décembre 2021
Une statue de l'ancien président américain Théodore Roosevelt (1901-1909), jugée dégradante pour les Afro-Américains et les Amérindiens, recouverte par un échafaudage avant son enlèvement, à New York, le 2 décembre 2021
1/2
© AFP

publié le jeudi 02 décembre 2021 à 22h22

Les opérations ont démarré pour retirer, près de l'emblématique Central Park à New York, une statue de l'ancien président des Etats-Unis Theodore Roosevelt, jugée dégradante pour les Afro-Américains et les Amérindiens, un symbole de la réflexion du pays face à son passé.

Cette statue en bronze de "Teddy" Roosevelt, président de 1901 à 1909, dont le retrait avait été annoncé en juin 2020, est désormais encastrée dans un imposant échafaudage sur son emplacement, là où elle accueille les visiteurs à l'entrée du musée américain d'Histoire naturelle depuis 80 ans, a constaté jeudi un photographe de l'AFP.

Interrogé, le musée a indiqué que les travaux "prendraient des mois", ne donnant pas de date pour l'enlèvement définitif.

La statue de Roosevelt, lointain parent de l'un de ses successeurs Franklin Delano Roosevelt, montre l'ancien président à cheval, surplombant un homme noir et un Amérindien à pied, une représentation dégradante pour le musée d'Histoire naturelle, qui en avait demandé le retrait à la ville de New York.

L'annonce, en juin 2020, était intervenue peu après la mort de George Floyd, un afro-américain tué par la police à Minneapolis, qui avait provoqué une onde de choc aux Etats-Unis sur le racisme.

A l'époque, plusieurs autres figures historiques avaient été ciblées, comme les anciens présidents Andrew Jackson et Thomas Jefferson. Et en septembre dernier, la gigantesque statue du général confédéré Robert Lee, symbole du passé esclavagiste du pays, avait été démontée en Virginie.

Si ces déboulonnages semblent légitimes à certains, des personnalités politiques et des historiens s'inquiètent d'une course sans fin dans ce qui s'apparente selon eux à de la "cancel culture".

La statue de Roosevelt sera accueillie, en vertu d'un prêt à long terme, dans la future bibliothèque présidentielle Theodore Roosevelt, dans le Dakota du nord. Ce musée en l'honneur de l'ancien président américain, qui doit ouvrir en 2026, a promis de recontextualiser l'objet qu'il qualifie de "problématique", en concertation avec des représentants d'Amérindiens et d'Afro-Américains.

Plus récemment, la ville de New York a annoncé qu'une statue de Jefferson, père fondateur des Etats-Unis, serait retirée de la salle du conseil des élus, parce qu'il avait possédé des centaines d'esclaves dans ses plantations de Virginie.

Avec George Washington et Abraham Lincoln, Thomas Jefferson et Theodore Roosevelt font partie des quatre présidents dont les visages sont sculptés dans la roche du célèbre et touristique Mont Rushmore, dans le Dakota du sud.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.