Accord nucléaire: le président iranien en Chine en juin

Chargement en cours
Beijing has signalled that it intends to keep working with the Islamic regime despite President Trump's decision to quit the nuclear deal and reimpose sanctions
Beijing has signalled that it intends to keep working with the Islamic regime despite President Trump's decision to quit the nuclear deal and reimpose sanctions
1/2
© AFP, ATTA KENARE

AFP, publié le lundi 28 mai 2018 à 09h02

Le président iranien Hassan Rohani participera à un sommet international en juin en Chine en présence de ses homologues chinois et russe, a indiqué lundi Pékin, en plein marathon diplomatique pour sauver l'accord sur le nucléaire, menacé par le récent retrait américain.

Le texte, conclu en 2015 avec Téhéran après une décennie de tensions, est destiné à garantir la nature strictement pacifique du programme nucléaire iranien. Il a permis une levée progressive des sanctions économiques contre l'Iran.

La Chine, la Russie et l'Union européenne (UE), toutes signataires de l'accord, tentent actuellement de le maintenir à flot, après le fracassant retrait américain décidé par le président Donald Trump le 8 mai. Les Etats-Unis ont également annoncé le rétablissement des sanctions contre la République islamique.

Le président Rohani rencontrera son homologue chinois Xi Jinping en marge du sommet des chefs d'Etat de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), organisé les 9 et 10 juin à Qingdao (est), a annoncé le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

Le président russe Vladimir Poutine sera également présent lors du sommet, a précisé M. Wang. 

L'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) est une organisation intergouvernementale régionale qui réunit huit pays, notamment d'ex-républiques soviétiques d'Asie centrale, la Russie, la Chine et l'Inde. L'Iran y a le statut d'Etat observateur. 

Le ministre chinois des Affaires étrangères n'a pas précisé si l'accord sur le nucléaire iranien figurerait à l'ordre du jour du sommet. 

Mais la Chine, premier partenaire commercial de l'Iran et un des principaux acheteurs de pétrole brut iranien, a signalé sa volonté de continuer à travailler avec Téhéran malgré le retrait américain. 

Les entreprises chinoises pourraient renforcer leurs activités en Iran suite au retrait programmé des firmes américaines et celui, probable, des sociétés européennes menacées de sanctions par Washington. 

L'UE, la Chine et la Russie souhaitent que l'Iran reste dans l'accord. Téhéran a cependant indiqué attendre des mesures concrètes de la part des Européens pour décider si l'accord peut être sauvé. Tout en menaçant, dans le cas contraire, de relancer son programme d'enrichissement d'uranium. 

Le président américain Donald Trump reproche à l'accord d'être trop laxiste sur le volet nucléaire, et de ne pas englober les missiles balistiques de Téhéran, ni ses interventions directes ou indirectes dans plusieurs conflits régionaux, comme au Yémen et en Syrie.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.