Accès bouché et excès diplomatiques

Libération, publié le lundi 16 avril 2018 à 20h36

Les experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) auraient dû débuter dimanche leur enquête à Douma, visé par une attaque très probablement chimique le 7 avril. Mais lundi, ils étaient toujours bloqués à Damas. «La Russie et la Syrie n'ont pas encore autorisé l'accès à Douma. Accès sans entrave essentiel. La Russie et la Syrie doivent coopérer», a tweeté l'ambassade britannique à La Haye, où siège l'OIAC. «Nous considérons ces accusations comme sans fondement», a répliqué le Kremlin. Moscou considère l'attaque du 7 avril comme une «mise en scène». Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, qui ont bombardé des sites chimiques syriens samedi, estiment l'inverse.

Les enquêteurs de l'OIAC doivent déterminer si c'est bien un…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.