A travers les Etats-Unis, les élus LGBT font tomber les barrières

Chargement en cours
Brianna Titone le 14 août 2020 à Arvada, dans le Colorado
Brianna Titone le 14 août 2020 à Arvada, dans le Colorado
1/4
© AFP, Evan Semón, Courtesy of Brianna For Colorado

, publié le dimanche 24 janvier 2021 à 09h14

Quand Brianna Titone s'est portée candidate à la Chambre des représentants du Colorado, beaucoup n'ont pas pris son pari au sérieux, et ses opposants ont peu commenté le fait qu'elle était transgenre.

Mais lorsqu'elle a remporté le siège, prenant tout le monde par surprise et devenant la première législatrice transgenre de l'histoire de l'Etat, un élu rival a assuré qu'elle voulait "imposer un programme sexuel radical" aux habitants du Colorado.

Et quand elle a tenu des meetings, certains lui ont lancé des insultes par la vitre de leur voiture.

Mais cela n'a pas empêché les électeurs dans la circonscription de Mme Titone, dans la banlieue de Denver, de lui offrir un second mandat. L'une des centaines de victoires à travers les Etats-Unis de parlementaires de la communauté LGBT, pour laquelle 2020 a été synonyme de gains électoraux sans précédent.

"Nous avons été visés par des attaques odieuses, des attaques personnelles de la part de mes collègues, pas seulement de la part de groupes conservateurs", a confié Mme Titone à l'AFP. "Mais nous avons renversé la vapeur et tiré notre épingle du jeu".

Selon le LGBTQ Victory Fund, un groupe de promotion des droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres), sur les 782 candidats membres de cette minorité à apparaître sur les bulletins de vote en novembre, pas moins de 334 l'ont emporté, plus que jamais auparavant.

"Plus nous avons des responsables ouvertement LGBT (...) qui réussissent, dont le leadership est couronné de succès, plus cela motive de personnes à s'assumer et change les comportements", dit Annise Parker, présidente de ce groupe. Et "plus les mentalités évoluent, plus il est facile d'être élu".

- Rupture -

Des lois qui discriminaient jadis les personnes LGBT ont été abrogées au cours de la dernière décennie, notamment en 2015 quand la Cour suprême a légalisé le mariage homosexuel dans tout le pays. 

Le nouveau président Joe Biden, qui est entré en fonctions mercredi, défend haut et fort les droits LGBT, et a signé un décret réaffirmant les protections contre les discriminations les visant. Il a aussi nommé un homme gay (Pete Buttigieg) et une femme transgenre (Rachel Levine) dans son gouvernement. 

Une rupture avec son prédécesseur Donald Trump, qui a notamment tenté de priver les personnes transgenres de protections sur leur lieu de travail. Des décisions dont Annise Parker dit qu'elles ont poussé plusieurs personnes LGBT à faire de la politique.

Le Delaware, notoirement démocrate, a élu la première personne transgenre au Sénat local, tandis que dans le très conservateur Oklahoma, la première législatrice locale non-binaire (qui ne s'identifie ni exclusivement comme homme ni comme femme), également la première musulmane de la Chambre, a été choisie dans une circonscription soutenant en général les démocrates.

Dans le Kansas, Stephanie Byers reconnaît que l'orientation démocrate de sa circonscription l'a aidée à devenir la première députée transgenre élue à la Chambre des représentants locale (et la première députée transgenre amérindienne du pays), mais dit que même les électeurs conservateurs n'ont pas semblé importunés par sa candidature.

"Le fait que je me sois portée candidate en tant que personne ouvertement transgenre et qu'il n'y ait pas du tout eu de contrecoup, cela montre que la population du Kansas est prête pour cela", a-t-elle dit dans une interview.

- "Allez-y" -

Les républicains gay, eux, ne sont pas très nombreux sur les bulletins de vote. Le LGBTQ Victory Fund en a compté 19, dont 7 ont gagné.

Après s'être lancé dans la course à la Chambre des représentants dans le Tennessee, Eddie Mannis a commencé à entendre d'étranges critiques: il ne serait pas assez républicain.

"J'ai alors compris ce que ça voulait vraiment dire", a dit M. Mannis. "Je pense que +pas assez républicain+, dans la bouche de certains, veut dire +oh, il est gay+", a ajouté celui qui a malgré tout été élu.

Mais il rejoint un groupe républicain à la Chambre locale dont des membres ont soutenu des lois pour limiter notamment la participation des personnes transgenres au sport à l'école.

La campagne électorale n'est pas le seul lieu où les candidats LGBT peuvent faire face à des réticences en raison de leur identité.

Brianna Titone l'a appris après avoir été élue pour la première fois en 2018, quand certains collègues l'ont délibérément qualifiée de "monsieur".

Malgré cela, son message aux personnes LGBT voulant se lancer en politique est simple: allez de l'avant.

"Si vous sentez que vous avez vraiment une chance de le faire, alors allez-y, parce que quelqu'un doit bien se lancer en premier, et vous ne serez pas le dernier", a-t-elle dit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.