A Srebrenica, l'apaisement face à la reconnaissance du "mal"

Chargement en cours
L'ancien chef militaire des forces serbes de Bosnie, Ratko Mladic (au centre), sur un écran géant diffusant son procès pour génocide regardé par des musulmans bosniaques, survivants et proches de victimes du massacre en 1995 à Srebrenica (Bosnie-Herzégovine), au Mémorial de Srebrenica, le 8 juin 2021
L'ancien chef militaire des forces serbes de Bosnie, Ratko Mladic (au centre), sur un écran géant diffusant son procès pour génocide regardé par des musulmans bosniaques, survivants et proches de victimes du massacre en 1995 à ...
2/3
© AFP, ELVIS BARUKCIC

publié le mardi 08 juin 2021 à 20h50

"Le mal a été reconnu". A Srebrenica, où des milliers d'hommes et d'adolescents musulmans ont péri en 1995 aux mains des forces serbes de Bosnie, des survivants et familles de victimes se disaient soulagés mardi après la condamnation définitive de leur ancien chef militaire, le général Ratko Mladic.

Plus d'un quart de siècle après la guerre, des familles rassemblées au "Centre mémorial du génocide" ont écouté en silence la retransmission sur un écran géant du verdict rendu par la justice internationale à la Haye (Pays-Bas).

Devant les milliers de stèles blanches alignées parfaitement, des mères de Srebrenica ont entendu l'ancien soldat presque octogénaire être condamné à passer sa vie derrière les barreaux pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité pendant la guerre de Bosnie, qui fit 100.000 morts entre 1992 et 1995.

Nedzad Avdic, 43 ans, a survécu au massacre dans l'enclave censée être "protégée" par l'ONU, où plus de 8.000 Bosniaques ont été tués en juillet 1995 - le pire massacre sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale. Son père n'a pas eu cette chance. 

"Pour moi, ce n'est pas la sentence de Mladic qui est importante mais le verdict", dit-il à l'AFP. "Il ne laissera plus aucun espace, à personne, pour nier le génocide. Le mal a été appelé le mal et j'espère que des responsables politiques serbes vont enfin accepter ces faits".

Mais il n'est pas sûr qu'il soit entendu. Pour de nombreux Serbes de Bosnie, le général Mladic est un "héros" qui n'a fait que défendre les intérêts du peuple serbe. Une partie de la communauté minimise voire nie les exactions commises durant la guerre - à Srebrenica, mais aussi durant le siège de Sarajevo ou dans les camps de détention de Prijedor.

Dès l'énoncé du verdict, les responsables de la Republika Srpska, l'entité serbe du pays divisé, ont dénoncé une justice internationale partiale dépourvue de "la moindre crédibilité".

- "Les tombes le prouvent" -

"Ils essayent de créer un mythe sur le génocide de Srebrenica qui ne s'est jamais produit", a affirmé Milorad Dodik, chef politique des Serbes de Bosnie. "Ce verdict a propulsé le général Mladic au rang de légende car les Serbes savent que sans lui, notre peuple aurait souffert beaucoup plus", a-t-il asséné.

Les survivants bosniaques voient ce "déni" comme le parachèvement des massacres eux-mêmes, tout comme le principal obstacle à l'apaisement des relations dans le pays fracturé selon des lignes communautaires.

Munevera Kabeljic, 69 ans, venue s'incliner les tombes de son mari et de ses fils de 17 et 20 ans, s'insurge contre le révisionnisme.

"Ce qui me fait le plus mal est qu'ils nient le génocide. Ils disent que ça ne s'est pas produit. Mais ces pierres tombales le prouvent. Ils ne sont pas venus seuls se coucher ici. Ils ont été tués", dit-elle.

Malgré tout, des veuves ont ressenti un certain soulagement de voir la page Mladic se tourner. 

"Nous, les mères, nous avons quand même retrouvé une sérénité après 26 ans", soupire Nedziba Salihovic, 67 ans, dont le fils, le mari et le frère ont été tués dans le massacre.

"Nous devons être contentes parce que c'est la perpétuité. Il sera en prison jusqu'à la fin de ses jours, comme je dois être seule jusqu'à la fin de mes jours, en attendant de retrouver au paradis mon fils, mon mari, mon frère et bien d'autres êtres chers".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.