A Hongkong, les autorités coupent les ailes de l'opposition

A Hongkong, les autorités coupent les ailes de l'opposition

La militante pro-démocratie de Hongkong Agnes Chow, entourée de militants de Demosisto, montre à la presse un document gouvernemental lui interdisant de se présenter à des législatives partielles.

A lire aussi

Libération, publié le samedi 27 janvier 2018 à 11h19

Les mines sont graves, la déception manifeste. Le parti Demosisto voyait déjà sa candidate victorieuse lors des législatives partielles de mars. Mais les autorités hongkongaises lui ont coupé les ailes. Samedi, la candidature d'Agnès Chow a été invalidée, signant de fait l'arrêt de mort du jeune parti devenu l'icône d'une nouvelle vague de contestation démocratique. «Il est évident qu'il s'agit d'une décision politique», une preuve supplémentaire que «Hongkong n'est plus régi par un Etat de droit mais par Pékin», a commenté l'étudiante de 21 ans, placide, devant la presse, épaulée par une vingtaine de membres chevronnés de l'opposition. Les autorités ont sanctionné son affiliation au parti Demosisto qu'elle a cofondé au printemps 2016 avec le meneur du…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - A Hongkong, les autorités coupent les ailes de l'opposition
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]