Escrime (F) : Brunet en bronze !

Escrime (F) : Brunet en bronze !©Media365

publié le lundi 26 juillet 2021 à 13h10

Seule Française rescapée au sabre, Manon Brunet a remporté la médaille de bronze en battant la Hongroise Anna Marton. permettant ainsi à la France de décrocher sa cinquième médaille. Enzo Lefort, quant à lui, a chuté en quarts de finale du fleuret masculin.

Brunet en bronze !

Battue en petite finale des Jeux Olympiques de Rio il y a cinq ans, Manon Brunet ne voulait pas revivre la même mésaventure ce lundi ! Et la Lyonnaise de 25 ans a réussi sa mission en remportant la médaille de bronze, soit la cinquième médaille de la délégation française dans ces JO de Tokyo. Opposée à la Hongroise Anna Marton, la sabreuse tricolore n'a laissé aucune chance à son adversaire en s'imposant 15-6 dans cette petite finale. Elle a commencé l'assaut en menant 5-0, puis 8-2 à la fin de la première période. Sur sa lancée, elle a mené 11-2 en début de deuxième période, pour finalement s'imposer de neuf touches, sans aucun problème ! Une belle récompense pour Manon Brunet, très déçue après sa demi-finale perdue. Et voici une deuxième médaille en trois jours pour l'équipe de France d'escrime !

Brunet avait calé en demies

Manon Brunet a sauvé l'honneur du clan tricolore dans ces seizièmes de finale en prenant le meilleur sur l'Indienne Bhavani Chadalavada. Une rencontre que la Française a immédiatement dominé, marquant cinq des six premières touches et concluant la première période avec une marge de six points. Menée de neuf touches, l'Indienne s'est reprise en enchaînant quatre points mais c'est bien Manon Brunet qui a eu le dernier mot (15-7). Un parcours que la Française a poursuivi en quarts de finale. Opposée à la Japonaise Misaki Emura en huitièmes de finale, Manon Brunet s'est qualifiée au terme d'un assaut loin d'être simple. Si elle a fait la course en tête, la Tricolore a encaissé quatre touches de suite... avant d'en marquer cinq de suite pour finir la première période. Si elle s'est fait peur en voyant Misaki Emura revenir à une touche, Manon Brunet a su conclure (15-12) et rejoindre Olga Nikitina en quarts de finale. Et il n'y a pas eu match entre les deux sabreuses ! Si la Russe a marqué la première touche, la Française a signé les six suivantes pour imposer sa marque à cet assaut. Olga Nikitina a tenté de réagir mais Manon Brunet a largement dominé ce duel et s'est qualifiée sans trembler pour les demi-finales (15-5), avec une autre Russe, Sofia Pozdniakova comme adversaire. Mais la championne du monde 2018 a éliminé la Française aux portes de la finale, en s'imposant 15-10. Brunet a pourtant mené 4-1 dans cette partie, mais Pozdniakova est revenue à 4-4 et menait 8-6 à la fin de la première période. Elle a augmenté son avance jusqu'à 10-6, puis Brunet est revenue à 8-10 puis 10-12, avant d'encaisser les trois dernières touches, et donc la défaite.

Lembach et Berder tombent dès le premier tour

Avant le rayon de soleil Brunet, les sabreuses françaises avaient connu un début de journée compliqué à Tokyo. Au lendemain de la médaille d'or remportée à l'épée par Romain Cannone, Charlotte Lembach et Cécilia Berder n'ont pas pu l'imiter. Opposée à l'Italienne Irene Vecchi, Charlotte Lembach a immédiatement fait la course en tête mais son adversaire a progressivement pris l'ascendant pour mener de deux touches à l'issue de la première période. La Tricolore a alors su enchaîner trois touches consécutives pour relancer la rencontre mais Irene Vecchi a conclu l'assaut avec cinq touches de suite pour s'imposer (15-11). Cécilia Berder a subi le même sort dans son duel avec la Sud-Coréenne Sooyeon Choi. Si la Tricolore a très vite pris le score, les deux sabreuses ont multiplié les séries de touches mais c'est l'Asiatique qui a conclu la première période en tête de deux longueurs. La Tricolore a tenté de revenir et effacé trois touches de match mais a dû s'incliner (15-11).

Pauty et Mertine ont échoué d'entrée

Un qualifié sur trois engagés, c'est également le bilan des fleurettistes français à l'issue des seizièmes de finale. Tout d'abord, Maxime Pauty n'a pas pesé bien lourd face à Kyosuke Matsuyama. S'il a su marquer les deux premières touches, le Tricolore a ensuite subi les attaques du Japonais, qui a enchaîné sept points pour prendre le contrôle de l'assaut et conclure la première période avec cinq touches d'avance. Un écart qui s'est creusé au fil d'une deuxième période moins offensive. Mais, s'il a su sauver une touche de match, Maxime Pauty s'est incliné (15-7). Opposé au Hongkongais Ka Long Cheung, Julien Mertine s'est d'abord accroché avant de voir le score tourner en faveur de son adversaire, qui a aligné six touches consécutives pour prendre le contrôle des opérations. Mais, d'abord revenu à deux points, le Français a fini par égaliser à dix touches partout. Mais, marquant quatre des cinq dernières touches, Ka Long Cheung a fait la différence (15-12).

Lefort chute aux portes du dernier carré

Enzo Lefort, en quête d'or olympique à Tokyo, a sauvé les meubles à l'issue d'un assaut compliqué face au Mexicain Diego Cervantes. Si le Français a pris un bon départ pour mener de deux touches, il en a ensuite encaissé quatre de suite. Insistant, le Mexicain a fait la course en tête durant l'essentiel de la première période mais la réaction d'Enzo Lefort a été une série de cinq touches consécutives qui lui a permis de repasser devant et de conclure au début de la deuxième période (15-11). En huitièmes de finale, le fleurettiste français n'a pas fait de détail face au Japonais Toshiya Sato dans un assaut conclu avant la fin de la première période. Enzo Lefort a démarré en marquant les quatre premières touches avant de maintenir à distance son adversaire. Toshiya Sato n'a pas vu le jour durant ce duel, allant même au sol après un corps-à-corps avec le Français. Enzo Lefort, inscrivant neuf des dix dernières touches, se qualifie sans coup férir pour les quarts de finale (15-4). Il n'y aura toutefois pas de dernier carré pour Enzo Lefort. Opposé au tenant du titre Daniele Garozzo, le Français a échoué dans un match au déroulement assez particulier. En effet, alors que l'Italien a pris le meilleur départ, Enzo Lefort a vu son adversaire se plaindre d'un poignet avant d'être sanctionné d'un carton rouge pour avoir touché le masque du champion olympique en titre. Une décision arbitrale qui a réveillé le Tricolore, qui a enchaîné quatre touches consécutives pour se relancer. La deuxième période a commencé par un deuxième carton rouge contre Enzo Lefort, qui en a même pris un troisième pour être mené de quatre touches par un adversaire qui s'est également plaint d'une cuisse. C'est au final de cinq touches et dans la polémique que le Tricolore voit son parcours prendre fin (15-10).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.