Yvelines : le maître des lieux dort, ils dérobent une fortune en tableaux

Yvelines : le maître des lieux dort, ils dérobent une fortune en tableaux©Panoramic

, publié le dimanche 20 septembre 2020 à 16h20

Des cambrioleurs se sont introduits dans le domicile de l'ex-patron des chantiers navals de Sartrouville, dans les Yvelines. Profitant du sommeil du nonagénaire, ils ont fait main basse sur une dizaine de tableaux de maîtres, indique Le Parisien.

Le butin oscille entre 500 000 et un million d'euros.

Dans la nuit du vendredi 18 au samedi 19 septembre, des voleurs pénètrent dans un pavillon de Sartrouville, dans les Yvelines. L'endroit n'a probablement pas été choisi au hasard, il s'agit de la demeure de Jean-Pierre Jouet, l'ancien patron des chantiers navals. Au moment des faits, l'homme, âgé de 93 ans, dort. Il donnera l'alerte vers 13 h, le samedi, indique Le Parisien.



Selon la victime, les malfaiteurs seraient entrés entre 4 h et 6 h, après avoir forcé l'entrée de la demeure d'une superficie de 450 m². S'ils n'écartent, pour le moment, aucune piste, les enquêteurs vont tout particulièrement se pencher sur l'entourage de la victime et les filières de recel des œuvres d'art.


Fichier des œuvres volées 

Des photographies des toiles volées au domicile de Jean-Pierre Jouet vont être diffusées sur le fichier des œuvres volées de l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC). Elles seront alors consultables dans toute l'Europe.

À Sartrouville, la famille Jouet est connue pour avoir participé à la fondation des chantiers navals de bateau de plaisance, nés au sortir de la Première Guerre mondiale. Paul Jouet, le père de la victime, était l'un des cofondateurs. À l'époque, certains le considéraient même comme « le Dior de la construction navale », rappelle le quotidien. Son fils, Jean-Pierre, a dirigé ces chantiers jusqu'au début des années 1960. Il a ensuite vendu l'entreprise en 1970 pour faire carrière en tant qu'organisateur de salons sur le nautisme.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.