Yvelines : Agnès Cerighelli, cette adhérente qui gêne LREM

Yvelines : Agnès Cerighelli, cette adhérente qui gêne LREM
Agnès Cerighelli est pour l'instant toujours adhérente de La République en marche, mais le comité local auquel elle appartient dans les Yvelines réclame son exclusion.

publié le jeudi 06 septembre 2018 à 14h55

Agnès Cerighelli, une adhérente de la République en Marche (LREM), également conseillère municipale de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), est accusée d'avoir gonflé son CV. Elle est également accusée d'avoir relayé de nombreuses "fake news" et attaques contre la secrétaire d'État à l'Enfance, Marlène Schiappa, dans le but d'obtenir son poste.

Sur son compte Twitter, Agnès Cerighelli, s'est longtemps présentée comme une "élue LREM".

Bien qu'elle soit conseillère municipale à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) depuis juin 2017, elle siège pourtant chez les "non-inscrits" dans l'assemblée locale et non sous l'étiquette de la majorité présidentielle, précise France 3. Elle a depuis changé cet intitulé pour écrire "adhérente LREM".

"Un détournement de réseau"

Autre problème, elle se présente - toujours sur Twitter - comme porte-parole du Conseil national des femmes françaises (CNFF). Un poste qu'elle a bien occupé, mais dont elle n'est plus chargée depuis le 30 mai dernier selon le compte officiel de l'association. Elle, assure pourtant toujours occuper ces fonctions. Elle a cependant confié à France 3 sa volonté "de démissionner sous peu". En cause ? Des opinions divergentes avec la nouvelle présidente sur "la question de l'éducation sexuelle à l'école", précise-t-elle.



Elle assure enfin qu'elle est en charge d'"IAE au féminin", un club chapeauté par l'association IAE Paris Alumni. Là encore, problème, elle aurait été révoquée du poste en juillet 2013 à la suite de découverte de "pratiques contraires au statuts et principes" de l'association.

"Elle est complètement cinglée et mythomane"

Cette fois, l'élue des Yvelines explique avoir créé une association du même nom en 2014 : "Club IAE au féminin", avec le terme "Club" en plus. Son site internet reprend la charte graphique du réseau des IAE français, précise France 3, en ajoutant que le "torchon brûle"depuis longtemps entre les deux associations.



La présidente d'IAE au féminin accuse Agnès Cerighelli de "détournement de réseau" et lui reproche de causer du tort à ce réseau d'anciens élèves, notamment par ses prises de positions gênantes sur la Toile. Toutes ces contradictions ou mensonges ont été relayées par un internaute militant, Maxime Haes, dans une série de tweets postés le 2 septembre. Ce dernier assure d'ailleurs que "tout est faux".



"Elle est complètement cinglée et mythomane", a assuré à franceinfo un membre de cabinet ministériel, qui assure que l'élue est perçue "comme un loup blanc au gouvernement". Les services de sécurité ont même pour consigne de "l'éloigner dès qu'ils l'aperçoivent". Agnès Cerighelli est pour l'instant toujours adhérente de La République en marche, mais le comité local auquel elle appartient dans les Yvelines réclame son exclusion.

L'élue a fait savoir qu'elle postulait au secrétariat d'État consacré à l'Enfance. Elle dénonce "une campagne de décrédibilisation et de déstabilisation, menée par l'extrême gauche en pleine période de remaniement ministérielle".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.