Xavier Bertrand annonce son départ des Républicains

Xavier Bertrand annonce son départ des Républicains

Le président des Hauts-de-France arrive au siège du parti Les Republicains (LR) à Paris, le 16 mai 2017

A lire aussi

AFP, publié le lundi 11 décembre 2017 à 23h38

Xavier Bertrand a annoncé lundi sur France 2 qu'il quittait "définitivement" Les Républicains, au lendemain de l'élection de Laurent Wauquiez à la présidence du parti.

"Je ne reconnais plus ma famille politique, alors j'ai décidé de la quitter", a expliqué le président des Hauts-de-France, en dénonçant des "dérives" de LR. 

Invité à la même heure sur TF1, Laurent Wauquiez a répondu que "c'est son choix"

"Je le respecte mais je ne vais pas regarder dans le rétroviseur", a affirmé le nouveau président des Républicains, disant vouloir "avancer" pour  "faire émerger une nouvelle génération".

M. Bertrand a affirmé ne pas avoir "l'intention de rejoindre un parti politique ou de créer un parti politique", a-t-il ajouté.

"Mon parti c'est la région, où j'ai l'impression d'être utile, de servir des gens", a-t-il insisté, en estimant que "ça ne se joue plus dans les partis politiques".

"C'est une décision qui n'est pas facile mais qui s'est imposée à moi", a ajouté celui qui fut secrétaire général de l'UMP entre 2007 et 2010.

M. Bertrand a expliqué s'être mis en retrait "quand ma famille n'a pas voulu dire clairement qu'il fallait voter Emmanuel Macron pour faire barrage à l'extrême droite" au second tour de la présidentielle.

"Je n'aime pas sa politique de l'agressivité et des boucs émissaires", a dit Xavier Bertrand de Laurent Wauquiez, critiquant notamment ses déclarations sur "le cancer de l'assistanat", "comme si tous les gens choisissaient d'être au RSA".

Interrogé pour savoir si sa décision signifiait qu'il renonçait à une ambition nationale ou à être candidat à la présidentielle en 2022, il a répondu: "celui qui vous dit aujourd'hui qu'il sait ce qu'il fera dans quatre ans, alors c'est un vrai représentant de l'ancien monde".

La décision de Xavier Bertrand de quitter le parti a été déplorée sur Twitter par le député LR du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle, selon qui le patron des Hauts-de-France avait "toute sa place au sein" de la formation politique.

De même, le député de l'Yonne Guillaume Larrivé, proche de Laurent Wauquiez, a considéré que M. Bertrand choisissait "une petite impasse de division et d'ambition solitaire".

Frédéric Lefebvre, l'un des fondateurs du parti politique Agir, créé par des ex-LR pro-Macron, a en revanche salué une "décision de bon sens et qui souligne la rectitude de Xavier Bertrand"

 
486 commentaires - Xavier Bertrand annonce son départ des Républicains
  • Sarkosy disait de lui que c'était le plus bête de ses ministres, il était surnommé le petit assureur , qu'il reste donc chez lui, car il n'a jamais rien fait , à part accepter les voix de gauche pour se faire élire à la présidence des hauts de France comme Estrosi qualifié de la même façon par l'ancien chef d'état.
    Que des profiteurs comme Juppé qui n'a pas encore digéré sa défaite et qui ramène amèrement sa fraise , une clique de nuls à ne plus entendre.

  • XB avait promis, lors de sa campagne électorale contre MLP de tout faire pour dynamiser et faire prospérer sa belle région nordique.Qu'a t'il fait au juste...et maintenant il est en marche vers quel parti d'ancrage!

  • Il m'apparait aujourd'hui comme un homme sans conviction qui ne se demande même pas si sa démission pourrait nuire au Parti LR !! Qu'il s'en aille et laisse la Droite se reconstruire avec Wauquiez.

    Oui vous avez raison, il ne sait plus où il habite, il s'est bien fait élire président de sa région avec les voix de gauche, c'est minable tout ce cirque.

  • bon vent et bon débarras, que la purge de ces faux droitiers continue et on saura au moins où va ce parti sans tous ces retourne-veste.

  • à GETA46 et peut-être va-t-il encore profiter de l'augmentation de 40 % que le sénat veut faire voter pour augmenter les salaires des maires de certaines grandes villes (selon le nombre d'habitants) ainsi que certains présidents de conseil régional. Cet homme est comme la plupart de nos élus (es) sans conviction que celle du porte-monnaie et du pouvoir. Comme on dit il a les dents qui rayent le parquet

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]