ALERTE INFO
21:27 Array

Vosges : un policier blessé pendant la visite d'Emmanuel Macron

Vosges : un policier blessé pendant la visite d'Emmanuel Macron
Emmanuel Macron à Saint-Dié-des-Vosges, le 18 avril 2018.

, publié le jeudi 19 avril 2018 à 11h59

"Je ne me cache pas, je ne vais pas me calfeutrer": Emmanuel Macron a choisi d'aller au contact des manifestants

La visite d'Emmanuel Macron mercredi à Saint-Dié-des-Vosges n'a pas été de tout repos. Pour le président d'une part, qui a fait face aux huées et aux interpellations des cheminots ou des retraités.

Et pour les policiers chargés d'assurer sa protection d'autre part. L'un d'entre eux a été blessé lors d'un mouvement de foule, rapporte Vosges-Matin jeudi 19 avril.



C'est en voulant contenir des manifestants s'avançant dans une zone sécurisée que l'agent a été blessé. Tombé à terre, il a été piétiné par plusieurs personnes, indique Vosges-Matin. Le policier a été pris en charge par les pompiers, souffrant d'un traumatisme crânien sans perte de connaissance. Reconduit à son domicile, il devait consulter son médecin.

Initialement bien accueilli par quelque 200 habitants, Emmanuel Macron a été ensuite interpellé et hué par un groupe de cheminots de la CGT qui ont crié "Cheminots en colère, on va pas se laisser faire" lorsqu'il est sorti de la mairie. Emmanuel Macron s'est alors dirigé vers eux pour engager le débat. "La réforme que nous faisons, j'y crois profondément (...) Je vous demande d'accepter un changement. Les discussions vont se poursuivre jusqu'à fin juin (...) Nous sommes en désaccord mais je vous demande simplement de ne pas prendre en otage dans cette affaire", leur a-t-il déclaré.

Lors de son long bain de foule, sous le soleil, le président a été également interpellé sur la limitation de la vitesse à 80 km/h, la hausse de la CSG pour les retraités et la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur, autant de décisions qui provoquent une grogne dans le pays. "Ici, il y a plein de vieux qui sont pauvres. Et vous leur prenez encore de l'argent!", lui a lancé un homme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.