Vosges : un abbé soupçonné d'agression sexuelle

Vosges : un abbé soupçonné d'agression sexuelle
Le religieux est en fonction depuis 51 ans dans les Vosges, où il est né (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le samedi 28 octobre 2017 à 12h36

Les faits dénoncés par un jeune homme alors âgé de 17 ans auraient été commis il y a vingt ans, rapporte L'Est républicain.



"Chers frères et soeurs, il me faut malheureusement vous communiquer une information grave et douloureuse", peut-on lire dans un communiqué publié par Didier Berthet, l'évêque de Saint-Dié-des-Vosges, sur son site.

"J'ai reçu récemment le témoignage d'une personne qui s'est déclarée victime de gestes abusifs d'ordre sexuel qui auraient été commis il y a plus de 20 ans par l'Abbé Michel Toubhans", explique le religieux, qui indique également avoir procédé à un signalement auprès du procureur de la République d'Epinal.

UNE CELLULE PSYCHOLOGIQUE MISE EN PLACE

La victime présumée est aujourd'hui âgée d'une quarantaine d'années. Les faits se seraient produits alors qu'il était âgé de 17 ans.

Le quadragénaire comme l'abbé n'ont pas encore été entendus par les services de police. "Ils devraient l'être dans le courant de la semaine prochaine", précise le procureur Etienne Manteaux.

Outre le signalement à la justice, Mgr Berthet a "pris un décret particulier demandant à l'Abbé Toubhans de se retirer de tout ministère public, en le privant également de la faculté d'entendre les confessions des fidèles et de donner validement l'absolution sacramentelle".

La décision prise par le patron du diocèse "revêt un caractère conservatoire et temporaire, en attendant que les faits qui lui sont reprochés soient vérifiés et qualifiés par une décision de justice". Aucune plainte n'a, à ce jour, été déposée contre l'abbé, en fonction depuis 51 ans dans les Vosges où il est né.

L'évêque rappelle enfin que le mis en cause "bénéficie, comme tout autre citoyen, de la présomption d'innocence". Une cellule d'écoute a été mise en place pour recueillir la parole d'autres victimes potentielles dans les Vosges.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU