Voiture bélier à Sept-Sorts : "Il n'était pas là par hasard"

Voiture bélier à Sept-Sorts : "Il n'était pas là par hasard"
Le conducteur du véhicule a été déclaré pénalement responsable après un examen psychiatrique.

Orange avec AFP, publié le mercredi 16 août 2017 à 13h48

VIDÉO - Un homme de 37 ans a foncé lundi soir sur la devanture d'une pizzeria de Sept-Sorts (Seine-et-Marne), tuant une adolescente de 12 ans sur le coup et faisant 12 blessés, dont un enfant de 3 ans. Plusieurs témoins assurent que l'homme paraissait déterminé.

"Je l'ai vu arriver avec la main sur le volant avec un grand sourire sadique", a témoigné à BFM TV et France 3 la serveuse du restaurant, Frédérique, toujours hospitalisée à Meaux.

"C'est arrivé tellement vite, il nous a foncé dessus et puis le choc, cela nous a fait atterrir dans le restaurant", poursuit-elle.



"Les gens hurlaient. Il y avait plein de gens parterre, il y avait du sang partout. Tout était cassé", a lui expliqué à BFM TV Dorian, un client de la pizzeria qui a tenté de secourir les blessés et de faire sortir le conducteur de son véhicule avec d'autres témoins. L'homme lui a alors assuré être armé d'une kalachnikov. "Il ne bougeait pas, il ne répondait pas aux questions, il avait un espèce de petit rictus. Je me suis dit qu'il n'était pas là par hasard (...) Il était froid comme si ce qu'il avait fait été normal, il était stoïque dans la voiture".

Aucune arme n'a finalement été retrouvée dans la voiture. Mais le premier examen psychiatrique conclut à "l'absence d'altération du discernement", a déclaré ce mercredi 16 août la procureure de Meaux, Dominique Laurens. "La responsabilité pénale du conducteur est donc engagée". Testé positif aux stupéfiants, l'homme avait également absorbé une grande quantité de médicaments. Il sera présenté à un juge d'instruction mercredi en fin d'après-midi, en vue d'une mise en examen pour meurtre aggravé.

"IL EN AVAIT MARRE D'ÊTRE TOUT SEUL"

Dimanche, l'homme avait affirmé aux enquêteurs qu'il avait "envisagé de se suicider" et s'était décrit comme "hors contrôle" au moment des faits. Ce vigile, en arrêt après un accident de travail et dans un "véritable délire de persécution", se pensait "suivi". Il était inconnu des services de renseignement. Une de ses amis d'enfance a confié sa stupeur sur RMC : "Il m'a dit qu'il n'était pas bien, qu'il en avait marre d'être tout seul. Il ne voyait plus ses amis et ça lui manquait", a-t-elle expliqué. "C'était quelqu'un de très fragile. Il venait de perdre sa copine. Pas de copine, pas d'emploi. Il était seul chez lui, il a pété un câble. Pourquoi ? Je n'en sais rien. Il a voulu montrer qu'il était seul parce qu'il voyait le bonheur autour de lui et que lui, il n'avait rien de tout ça".

"Je suis un peu surpris", a lui déclaré à BFM TV le propriétaire du restaurant arrivé sur place quelques minutes après le drame. "Je ne pensais pas que cela arriverait chez nous dans un village de 400 habitants, paisible comme le notre". "C'est un drame absolu", a lâché Alain Lecomte, premier adjoint au maire. "Nous sommes sous le choc".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.