Voies sur berges : "Que chacune de nous s'occupe de ce qu'elle a à faire", Hidalgo recadre Pécresse

Voies sur berges : "Que chacune de nous s'occupe de ce qu'elle a à faire", Hidalgo recadre Pécresse
Anne Hidalgo et Valérie Pécresse à Vincennes, le 17 novembre 2017.

, publié le vendredi 09 mars 2018 à 16h00

Alors que Valérie Pécresse, invitée de BFM TV jeudi soir, avait lancé un appel au "dialogue" à Anne Hidalgo sur le dossier de la piétonisation des voies sur berges, la maire de Paris a balayé cette "main tendue" quelques heures après sur France Inter.

Elles ne seront, visiblement, jamais les meilleures amies du monde.

Après l'annulation par la justice de la piétonisation des voies sur berges, la présidente LR de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, avait critiqué la "brutalité" de la mesure. Au micro de BFM TV, Valérie Pécresse avait alors lancé un appel au dialogue et à la concertation à la maire de Paris. Cette dernière a proposé "un scénario alternatif" avec une piétonisation progressive des voies sur berges, en laissant une voie ouverte pour les véhicules limités à 30 km/h jusqu'à 2021, avant une piétonisation totale.



"Valérie Pécresse n'est pas maire de Paris"
"Une main tendue" très vite balayée par Anne Hidalgo : "Valérie Pécresse n'est pas maire de Paris donc je la remercie d'avoir des idées pour nous". "Son plan est de remettre des voitures sur les voies sur berges, tout en laissant une file pour les piétons. Cela prouve qu'elle n'a pas trop dû aller se promener sur les voies sur berges, parce que cette proposition est totalement inopérante et irréaliste", a expliqué la maire de la capitale au micro de Nicolas Demorand.



Selon Anne Hidalgo, le plan de la présidente de région pourrait entraver la sécurité des Parisiens : "Sa proposition ne serait pas acceptée par le préfet de police parce qu'elle créerait un danger. Elle ne répond pas aux préconisations que le préfet me demande de respecter, et que je respecte, qui est d'avoir toujours une file qui puisse être activée en cas de convoi qui devrait traverser", a-t-elle ajouté.

Un nouvel arrêté signé par Anne Hidalgo
Anne Hidalgo n'a d'ailleurs pas hésité à renvoyer Valérie Pécresse à ses propres responsabilités : "Souvent on me dit que ça ne va pas assez vite sur les transports publics, qu'il y a un problème de confort pour les usagers. Donc j'ai envie de dire à Valérie Pécresse que chacune de nous s'occupe de ce qu'elle a à faire."

Une solution a, par ailleurs, déjà été trouvée par la mairie de Paris. Anne Hidalgo a annoncé jeudi avoir signé un nouvel arrêté de piétonisation "en tenant compte de ce qu'a dit le tribunal", qui s'appuie sur les répercussions patrimoniales. Valérie Pécresse lui a répondu ce matin, toujours au micro de BFM TV : "Ma porte est ouverte. Je propose des mesures concrètes, des propositions. Mes propositions ne sont pas les bonnes? Alors parlons-en, mais pas par radios interposées, pas par télévisions interposées", a-t-elle répliqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.