Vive polémique autour des commémorations du 11-Novembre

Vive polémique autour des commémorations du 11-Novembre©capture Google Street View

6Medias, publié le mercredi 08 novembre 2017 à 07h30

La nécropole nationale de Montdidier (Somme), où reposent 7 500 combattants français, belge, italien morts lors de la Première Guerre mondiale et 24 aviateurs du Commonwealth tombés lors de la Seconde Guerre mondiale, fait "honte" aux associations d'anciens combattants. Ils boycotteront les cérémonies en hommage à tous les morts pour la France samedi 11 novembre.

"Nos soldats sont morts deux fois.

Une fois au champ d'honneur et une fois ici", lance au Courrier Picard Gérard Karolczak, président de la section locale du Souvenir français. Ce cimetière datant de 1924 lui fait "honte". L'herbe est tondue, mais les sépultures des Poilus sont délabrées : ferraille apparente, croix de guingois, tombes les unes sur les autres, plaques d'identité descellées...

"C'est irrespectueux, même insultant pour la mémoire des soldats", estime encore Gérard Karolczak. Membre du conseil d'administration de l'Office national des anciens combattants (ONAC), opérateur de l'État pour le ministère des Armées, il se bat depuis 2008. Depuis, il n'a obtenu qu'une seule réponse. "Il n'y a plus de sous", rapporte-t-il encore au quotidien.

Pour manifester leur colère, les anciens combattants ne se rendront pas à la nécropole samedi 11 novembre. Ils iront toutefois au monument aux morts et au cimetière communal de Montdidier.

Contacté par le Courrier Picard, l'ONAC assure que des travaux à hauteur de 900 000 euros vont débuter cet automne ou au printemps prochain. Pour les cent ans de la fin de la Grande Guerre, prévient l'ONAC, "le cimetière sera beau, mais pas praticable, car les plantations trop fraîches ou en cours". Peu importe. Gérard Karolczak n'y croit pas : "Tous les ans, on me dit que la nécropole va être refaite puis on me dit qu'il n'y a plus de sous".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.