Violences urbaines à Lyon : une enquête confiée à l'IGPN

Violences urbaines à Lyon : une enquête confiée à l'IGPN
(Photo d'illustration)

, publié le vendredi 05 mars 2021 à 12h20

L'Inspection générale de la Police nationale va enquêter sur les circonstances d'un grave accident de scooter survenu à Lyon dans laquelle la police serait impliquée, selon certains habitants, et qui a en entraîné des affrontements entre des jeunes et la police. 

De brefs heurts ont opposé jeudi soir 4 mars les forces de l'ordre et des habitants du quartier sensible de La Duchère à Lyon après un accident de scooter la veille dans lequel a été grièvement blessé un adolescent du quartier. "12 personnes, 8 majeurs et 4 mineurs, ont été interpellées et placées en garde à vue", a précisé vendredi matin le parquet. Selon la préfecture, six véhicules ont été brûlés.



L'adolescent de 13 ans en question, qui ne portait pas de casque, était toujours hospitalisé et son pronostic vital était toujours engagé vendredi, a ajouté le parquet qui a ouvert une enquête en "recherches des causes des blessures" pour déterminer "les circonstances exactes de cet accident". 

Selon la presse locale, des jeunes du quartier assurent que le scooter était poursuivi par une voiture de police banalisée, ce que la préfecture a formellement démenti à l'AFP et sur les réseaux sociaux. Dans un tweet, elle a "démenti les #FakeNews laissant sous-entendre que des policiers seraient impliqués dans un accident de scooter survenu hier". "À l'inverse, les policiers sont intervenus pour sécuriser le périmètre de l'accident suite à un appel au 17", a-t-elle ajouté.




Le parquet a ainsi également confié une enquête à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices", dans un "souci de transparence et d'impartialité" sur les circonstances de cet accident.

Les violences ayant eu lieu aux abords du lycée La Martinière-Duchère, le rectorat de Lyon a annoncé dans un communiqué que les cours seraient suspendus vendredi "pour la journée, pour permettre un temps d'échange avec les équipes". Le recteur Olivier Dugrip a condamné "avec fermeté les faits qui se sont déroulés et qui ont mis en péril la sécurité des élèves et du personnel" de cet établissement et de son internat.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.