Violences sexuelles : 12% des femmes affirment avoir été victimes d'un viol

Violences sexuelles : 12% des femmes affirment avoir été victimes d'un viol

Un opération symbolisant les femmes victimes de violences devant le Palais de justice de Nantes le 25 novembre 2017.

Orange avec AFP, publié le vendredi 23 février 2018 à 12h03

Franceinfo publie les résultats d'une étude Ifop réalisée pour la fondation Jean-Jaurès. Parmi les femmes qui ont répondu au sondage, 12% déclarent avoir été violée.

Il s'agit de la première étude réalisée sur le sujet depuis le scandale Weinstein.

Franceinfo révèle vendredi 23 février les résultats d'une étude* réalisée par l'institut Ifop pour la fondation Jean-Jaurès sur les violences sexuelles. Parmi les principales informations contenues dans l'enquête, 12% des femmes qui ont participé ont été victimes d'un ou plusieurs viols. Par ailleurs, 58% des femmes déclarent avoir été victimes de comportements déplacés, 50% d'insultes ou remarques sexistes, 45% de gestes grossiers, 43% de caresses ou attouchements sexuels non consentis. Enfin, 29% des femmes déclarent avoir reçu des messages pornographiques par mails ou SMS.



L'étude nous apprend par ailleurs que la majorité des victimes de viol connaissaient leur agresseur, entre 78% et 88% compte tenu de la marge d'erreur du sondage. Ainsi, entre 25% et 37% des femmes déclarent avoir été violées par leur conjoint, entre 14% et 24% par un proche. "La représentation classique du violeur inconnu dans un parking la nuit est fausse", commente pour Franceinfo la sociologue Alice Debauche, chercheuse associée à l'unité démographie, genre et sociétés de l'Institut national d'études démographiques (Ined). "C'est une fantasmagorie. C'est peut-être moins gênant de considérer que c'est hors de son domicile que l'on est le plus en insécurité", ajoute auprès de la radio le psychiatre Michel Debout, administrateur de la Fondation Jean-Jaurès, psychiatre et professeur de médecine au CHU de Saint-Etienne.



L'étude s'intéresse par ailleurs aux réactions des victimes de viol. Seulement 11 à 15% d'entre elles ont ainsi porté plainte. 16 à 27% d'entre elles ont fait une tentative de suicide, 32 à 44% d'entre elles ont pensé à se suicider. 56 à 68% des femmes violées n'en ont pas parlé à un proche et seules 24 à 36% d'entre elles ont par la suite été suivies par un spécialiste.

*L'enquête est un questionnaire auto-administré enligne du 6 au 16 février 2018 menée sur un échantillon de 2167 femmes âgées de 18 ans et plus.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
83 commentaires - Violences sexuelles : 12% des femmes affirment avoir été victimes d'un viol
  • Il faut bien reconnaître que toutes ces photos ""pipoles" et autre présentations de mode et lingerie, incitent certainement a vérifier leur véracité par le contact direct des présentations accessibles a nos sens.

  • La solution c’est la recette de l’islam, voiles et charia voire la loi du talion, séparation des « genders » dès la naissance, lieux réservés comme appliqué dans les « républiques » (sic ) islamiques (même à des Ramadans....). Les féministes radicales idéologues devraient en être comblées.

    Et il faut rire ?..

  • Certaines dames qui ont envie de se débarrasser de leur mecs, à qui elles se sont refusées depuis un temps indéfini, sont surprises qu'un jour ils pètent les plombs et les accusent de les avoir violées et ça les arrange pour être crédibles. Je ne nie pas qu'il y ait des rustres, mais ne nous martyrisez pas si vous ne voulez pas que ça se retourne contre vous, mesdames, et tout le monde y retrouvera son compte, vous compris.

  • Suis je une exception, moi qui n'ai jamais eu l'idée de poser ma main sur qui que se soit de féminin sans accord, (ni masculin d'ailleurs ), ni être grossier ou mufle ?? Il faut croire ! Mais qui croire à la fin ?

  • Où cela commence et où ça finit. L'homme proposait et la femme disposait, c'était du harcèlement. Je propose que maintenant la femme propose et que l'homme dispose,on sera donc dans l'égalité....

    Va falloir s'armer de patience...