Violences policières : nouvelles manifestations prévues dans toute la France

Violences policières : nouvelles manifestations prévues dans toute la France
Manifestation contre les violences policières à Toulouse, le 3 juin 2020.

, publié le samedi 13 juin 2020 à 08h20

Des rassemblements sont prévus à Paris, Marseille, Lyon, Nantes, Bordeaux ou encore Strasbourg. 

De nouvelles manifestations sont organisées samedi 13 juin dans toute la France contre le racisme et les violences policières. Le plus gros défilé est attendu à partir de 14h30 à Paris, de la place de la République à Opéra.

Il est organisé à l'appel du comité Adama Traoré, jeune homme noir décédé en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne. Pour parer à d'éventuels débordements, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a demandé la fermeture des commerces, débits de boissons et restaurants situés sur le parcours.



D'autres défilés sont attendus, notamment à Marseille, au départ du Vieux-Port, à Lyon place Bellecour, à Montpellier place de la Comédie, à Nantes place du Bouffay et à Saint-Nazaire, à Bordeaux place de la Bourse (avec des Gilets-Jaunes) ainsi qu'à Strasbourg dimanche. "Nous appelons toutes les villes de France à venir manifester avec nous pour exiger vérité et justice pour Adama et toutes les victimes de la police ou de la gendarmerie", scande le Comité, qui a réussi à mobiliser 20.000 personnes le 2 juin devant le Palais de justice de Paris, selon la préfecture de police.

Depuis, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour dénoncer les violences policières et le racisme en France. Mardi, à l'appel de SOS Racisme, un hommage a été rendu à Paris à George Floyd, un Afro-américain de 46 ans tué le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc. Son décès est devenu le symbole des violences policière et a soulevé une indignation mondiale sans précédent.

L'exécutif tente d'apaiser les tensions

Face à une mobilisation qui fait tâche d'huile, l'exécutif a tenté en début de semaine de calmer les tensions. Le racisme est "une maladie qui touche toute la société", a déclaré mercredi en conseil des ministres Emmanuel Macron, tout en défendant les forces de l'ordre "dont l'écrasante majorité ne saurait être salie". Le chef de l'Etat est attendu sur ce sujet dimanche lors de son allocution aux Français. En visite mercredi dans un commissariat à Evry (Essonne), le Premier ministre Edouard Philippe a également tenté de faire retomber la polémique. "Nous leur devons respect et confiance", comme le fait "l'immense majorité des Français", mais "nous avons également un devoir d'exigence vis-à-vis d'elle", a-t-il déclaré.

A la demande d'Emmanuel Macron, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait annoncé lundi des mesures destinées à améliorer la déontologie des forces de l'ordre et notamment la fin de la méthode d'interpellation dite "d'étranglement" et la suspension systématique en cas de comportements ou propos racistes. Ces annonces ont fait fortement réagir les syndicats policiers, reçus à Beauvau. "Il nous a lâchés, nous a jetés en pâture lundi. A lui de regravir l'Everest de la confiance", a tonné notamment Yves Lefebvre, secrétaire général de Unité SGP Police-FO, appelant ses collègues "à ne plus interpeller, à ne plus intervenir".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.