Violences du 1er-Mai : Alexandre Benalla et quatre autres suspects mis en examen

Violences du 1er-Mai : Alexandre Benalla et quatre autres suspects mis en examen
Alexandre Benalla à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, le 16 juillet 2018.

Orange avec AFP, publié le dimanche 22 juillet 2018 à 21h00

Tous les cinq ont été placés sous contrôle judiciaire.

Maxence Creusat a été le premier à être mis en examen ce dimanche 22 juillet pour "détournement d'images issues d'un système de vidéo protection" et "violation du secret professionnel", rapporte France Inter.



Le commissaire était en charge du dispositif déployé place de la Contrescarpe, le 1er mai, jour où Alexandre Benalla a été filmé en train de violenter des manifestants.

Placés sous contrôle judiciaire

Il s'est défendu en expliquant au juge qu'il ne connaissait pas la véritable identité ni le poste réel à l'Élysée d'Alexandre Benalla mais pensait avoir affaire à un supérieur hiérarchique.



Maxence Creusat s'est par ailleurs vu interdire de travailler à la direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC), selon Europe 1. Il garde toutefois le droit d'exercer son métier ailleurs qu'à la DOPC, qui dépend de la préfecture de police de Paris.

Le collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, et l'employé de La République en marche (LREM) Vincent Crase, filmés en train de frapper des manifestants le 1er mai, ont, quant à eux, été mis en examen dimanche, notamment pour "violences en réunion", a indiqué le parquet de Paris.

Les cinq personnes mises en cause dans cette affaire ont été placées sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.