Violences conjugales : 109 féminicides en 2017, chiffre stable

Violences conjugales : 109 féminicides en 2017, chiffre stable
Une manifestante dénonce les violences faites aux femmes à Paris, le 29 septembre 2018.

Orange avec AFP-Services, publié le jeudi 14 mars 2019 à 11h35

Dans la moitié des cas, les victimes avaient déjà subi des violences de la part de leur conjoint.

Le nombre de féminicides ne diminue pas en France. En 2017, 109 femmes ont été tuées par leur conjoint, selon les chiffres publiés jeudi 14 mars par l'observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), rapporte franceinfo.

Un chiffre identique à celui de 2016, et légèrement inférieur à celui de 2015 (115). Le nombre de féminicides avait pourtant considérablement reculé entre 2007 et 2014, passant de 166 à 118.



Dans huit cas sur dix, le meurtre ou l'assassinat a lieu dans un domicile (du couple, de la victime ou de l'auteur), détaille le rapport. Et à l'origine de ces crimes, une dispute dans 32% des cas et une séparation dans 26% des cas. L'ONDRP souligne également que dans la moitié des affaires, la victime avait déjà subi des violences de la part de son conjoint.
Par ailleurs, les violences faites aux femmes qui n'entraînent pas la mort progresse légèrement : 98.500 cas en 2017 (+1,5%). Il s'agit surtout de violences physiques, dont des viols dans 2% des cas, mais aussi de menaces de mort et de harcèlement.

L'observatoire relève encore que la prise en charge des victimes s'améliore, notant que le nombre de mains courantes déposées pour "différends entre époux et concubins" a reculé de 20% entre 2013 et 2017. C'est le signe, estime l'ONDRP, que les procédures engagées s'alourdissent et que les dépôts de plainte progressent. "De nombreux parquets ont donné aux services d'enquête la consigne de diligenter systématiquement une enquête dès lors qu'ils ont connaissance de violence au sein du couple", explique l'observatoire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.