Vincent Lambert : Emmanuel Macron ne veut pas s'immiscer dans la décision d'arrêt des traitements

Vincent Lambert : Emmanuel Macron ne veut pas s'immiscer dans la décision d'arrêt des traitements
Le président Emmanuel Macron s'est exprimé, lundi 20 mai, sur le cas Vincent Lambert.

publié le lundi 20 mai 2019 à 17h20

Le chef de l'État explique ce lundi qu'il ne lui "appartenait pas de suspendre" l'arrêt des traitements concernant Vincent Lambert. 

Le président français a finalement réagi. Emmanuel Macron s'est exprimé lundi 20 mai au sujet de l'arrêt des traitements de Vincent Lambert, un patient végétatif depuis 10 ans. S'avouant "très touché" par sa situation, il a affirmé dans un post Facebook qu'il ne lui "appartenait pas de suspendre une décision qui relève de l'appréciation de ses médecins et qui est en conformité avec nos lois".

Une "obstination déraisonnable"

"La décision d'arrêter les soins a été prise au terme d'un dialogue permanent entre ses médecins et sa femme, qui est sa tutrice légale" et "en application de notre législation qui permet de suspendre les soins en cas d'obstination déraisonnable", poursuit-il sur Facebook, soulignant ne pas vouloir s'"immiscer dans la décision de soin et de droit".

"Je n'ai pas à m'immiscer dans la décision de soin et de droit"

Il ajoute "entendre une angoisse derrière les déchirements", à savoir "celle qu'en France, on puisse décider de manière arbitraire de la mort d'un citoyen". "C'est précisément parce que ce n'est pas le cas, parce qu'il n'y a pas, dans notre pays, de place pour l'arbitraire, que je n'ai pas à m'immiscer dans la décision de soin et de droit qui a été prise dans le cas de Vincent Lambert". 



Rejet de la CEDH

Le chef de l'État conclut : "nous devons aujourd'hui une chose à Vincent Lambert et à sa famille : le respect de leur intimité et de leur douleur".

La Cour européenne des droits de l'Homme a rejeté ce lundi après-midi la requête des parents de Vincent Lambert faute d'"élément nouveau". L'interruption des soins prodigués à leur fils a débuté lundi 20 mai au CHU de Reims (Marine).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.