Treize ans après le meurtre de son frère, elle attend toujours un procès

par leparisien

Le 1er mai 2004, Amine Fekhart, 21 ans est sauvagement tué de plusieurs coups de couteau à l'angle des rues de Gergovie et Losserand à Paris (XIVe). «Au mauvais en droit, au mauvais moment, raconte sa soeur Katia, Amine a été une victime collatérale d'une histoire de règlements de comptes entre des gens de la communauté gitane et des jeunes de la Cité Brune». Seulement, treize ans après les faits, les coupables courent toujours. «Il n'y a eu aucun procès. C'est scandaleux que les hommes qui se sont acharnés sur mon frère soient toujours en liberté», souffle la jeune femme, qui se bat aujourd'hui pour que justice soit faite.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.