Surveillants agressés: "Il n’explique pas son geste", affirme l’avocat du détenu jihadiste

par BFMTV

Un détenu considéré comme un acteur de premier plan dans un attentat à Djerba en Tunisie, dans lequel deux Français ont été tués, a agressé trois surveillants de la prison de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais, jeudi. L'auteur de l'attaque, Christian Ganczarski, est un islamiste radical condamné pour terrorisme. Cet ancien proche de Ben Laden avait presque fini sa peine et devait être extradé aux États-Unis dans le cadre de l'enquête sur l'attentat du 11 septembre 2001. Selon son avocat Sébastien Bono, son placement à l’isolement n’était pas lié à sa dangerosité mais "parce que c’était une nouvelle qu’il devait encaisser". Il assure également qu’il "ne s’agissait pas d’un geste prémédité" et qu’il "n’explique pas son geste". Selon son avocat, Christian Ganczarski aurait été "victime d’un blackout". "J’ai demandé qu’une expertise psychiatrique soit ordonnée tout de suite", a expliqué Sébastien Bono à BFMTV.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU