Sexisme, Elysée, François Hollande : Julie Gayet brise le silence

par 6MEDIAS

Julie Gayet n'a jamais voulu du rôle de première dame, et elle assume. "On élit une personne, pas un couple. La fonction de première dame est sexiste", estime-t-elle dans une interview accordée à Paris Match, publiée ce jeudi 8 mars, la journée des droits des femmes. L'actrice engagée notamment contre les violences faites aux femmes aurait souhaité créer "un fonds de dotation" contre l'endométriose, mais elle ne l'a pas fait, de peur qu'on lui "reproche de faire comme une première dame". Car celle qui préfère qu'on l'appelle "dame de coeur" refuse de partager avec son conjoint la violence de la politique. "Ce quinquennat a été d'une violence folle, à aucun moment il n'y a eu de répit. J'essayais de redonner de l'énergie au président, de prendre soin de lui, d'être à l'écoute", raconte Julie Gayet dans Paris Match, expliquant qu'elle a tout fait pour éviter le mélange des genres. "J'étais très pointilleuse sur mes dépenses. Si j'avais une robe à faire nettoyer, je payais la teinturerie", détaille dans l'hebdomadaire, celle qui précise n'avoir jamais mis un pied dans la salle de projection de l'Elysée ou dans les dîners officiels. C'est uniquement dans les parties privées du Palais qu'elle s'autorisait parfois à recevoir quelques invités, tout en refusant les demandes des courtisans.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.